• Voici un moment que nous tournons autour des fables. Jusqu'à présent Loulou n'avait que peu d'intérêt aux histoires. Il préférait de loin les livres documentaires et les imagiers. Il aimait les fables car il adore le monde animal et celles-ci sont en général très courtes. Nous avons beaucoup lu Esope et La Fontaine cette dernière année.

    Récemment dans ses dessins-animés préférés il a découvert des personnages de contes classiques de Cendrillon  à La petite sirène en passant par le Chat Botté. Il a pu regarder et écouter des histoires de contes anciens tels que le Petit Chaperon Rouge, des contes revisités plus récents comme le petit Chaperon Vert (et bien d'autres versions trouvées à la bibliothèque) et bien évidemment son conte préféré, le seul qui l'intéresse depuis des années: Le Petit Prince de Saint-Exupéry.

    Nous avons lus et regardé bien des versions de ce Petit Prince, nous sommes même allés le rencontrer en Alsace....

    J'avais envie cette année de prendre du temps pour faire des lectures offertes à Loulou sur des grandes oeuvres littéraires classiques et contemporaines  pour découvrir notre si joli patrimoine mais il me fallait donner envie à Loulou de m'écouter plus longtemps qu'à l'accoutumée et surtout que ça provoque en lui assez d'envie et de curiosité pour s'imaginer le récit car je souhaitais lui lire les versions intégrales, originales et non réadaptées à son âge .... Je voulais le vrai vocabulaire de l'époque de l'auteur et non pas remplacer le mot brillantine par le mot gel !

    Nous avions commencé notre découverte par des livres du Petit Nicolas dont Loulou avait vu récemment les deux films à la TV en septembre. Nous avions emprunté les petits livres de premières lectures qu'il a lu seul et nous avions lu par la suite le premier chapitre de l'oeuvre intégrale. Nous avions pu comparer les deux textes, la réécriture, cherché le sens du texte par rapport à l’époque et l'auteur etc...

    Il a pu s'apercevoir de lui-même que l'oeuvre originale lui plaisait mieux mais qu'elle était tout de même bien longue à lire avec une toute petite écriture... Les autres livres étaient plus simples et plus courts mais avec beaucoup moins de détails...

    Je lui ai donc proposé de lui lire un conte dans son intégralité en lecture offerte. Il me fallait un conte à la hauteur du Petit Prince pour marqué le coup et donner l'envie d'aller jusqu'au bout ce qui n'avait pas été le cas du Petit Nicolas...

    Je me suis décidée sur Tistou les pouces verts. Ce conte de Maurice Druon est un conte magnifique. En tout cas moi j'adore... Il permet d'étudier le héro et de se confronter au merveilleux et à l'étrange mais comme beaucoup d'autres contes. Ce que j'ai aimé c'est la façon d'on l'auteur parle de cet enfant différent, de son éducation différente à la maison avec ses parents et avec le quotidien.. Loulou a de suite accroché en se trouvant plein de points communs!!! Grâce à ce livre nous avons pu découvrir des choses de la réalité comme la maladie, la misère, la mort tout en ayant la possibilité de les voir d'une autre façon que ce regard d'adulte qui faut bien le dire n'est jamais très intéressant pour un enfant. Soit l'on ne dit pas tous les détails pour ne pas attrister l'enfant sur de tels sujets soit nous inventons des histoires pour détourner le sens de la question... Ce conte apporte une autre façon de voir les choses, celle d'un petit garçon sensible et plein d'espoir qui trouve certes des solutions étranges et irréelles mais qui au fond propose toute de même d'y réfléchir..... Un peu comme le Petit Prince et sa rose son serpent et ses idées noires... C'est un conte tout en profondeur qui a su attiser la curiosité de Loulou même s'il en devinait la suite à plusieurs moments... Un conte tout en douceur avec des bribes de réalités même si à la fin il y  a aussi de la tristesse lorsque Tistou est confronté à la réalité de la mort....

    Il a été tellement content de découvrir ce livre qu'il a souhaité comparer tous les contes de fée qu'il connaissait... Nous en avons d'ailleurs regardé plusieurs en dvd afin de comparer s'ils étaient tous fait de la même façon!!! Nous avons décortiqué les différents moments de l'histoire.

    Il a été très inspiré et a décidé d'en garder une trace pour un futur mode d'emploi lorsqu'il aurait décidé d'écrire son propre conte de fée... Il a pris l'ordinateur et a écrit avec moi sa composition d'un conte montrant les étapes communes avec les autres contes. Je n'ai quasiment rien fait, le doc est tel qu'il l'a souhaité je l'ai juste aidé à trouver le bon orthographe (mots finissant par eux et tion que nous avons revu au passage) et quelque conseils de mise en page (comment créer une ligne pour écrire par la suite? comment mettre en justifié et en italique...).

    Voici donc son document en pdf, cela nous a permis de faire un dictée de mots en réfléchissant au vocabulaire, un peu de grammaire au passage avec les accords et d'orthographe ainsi que la mise en page de ses idées...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Cette année Bidule notre lutin va revenir pour la troisième fois. Loulou en parle déjà depuis le mois de juillet.... Jusqu’à présent nous recevions un courrier prévenant de son départ pour la maison et préparions son séjour chez nous (lit, cookies etc).

    Cette année notre lutin va raconter son voyage pour arriver jusqu'à chez nous. Loulou va donc recevoir différents courriers de Bidule entre le 15 et le 30 novembre. Farfouille est aussi de la partie, après être allé une année chez les cousins et une année chez un copain il va partir dans un colis d'échange et swap pour un autre petit garçon. Il me faut donc raconter deux histoires.... Du coup je me suis dis pourquoi pas trois.... Je vais donc y mettre tous les courriers de Farfouille qui est un des lutins préférés du Père-Noël et qui se trouve aussi en plus d'être le chef de l'atelier, un conteur et passionné d'histoire et de géographie. Il va donc profiter du voyage pour partager ses connaissances des pays et des cultures dans ses courriers.

    Ce sera pour notre part une façon d'aborder la géographie et les pays d'une façon ludique qui du coup aura toute l'attention de Loulou.

    Nos lutins traverseront l'Europe et peut-être l'Amérique si j'ai le temps de les y faire voyager...

    Si cette idée vous plait et que vous aussi vous avez envie de faire venir un lutin chez vous vous trouverez des tutos ici et  ou  pour fabriquer votre propre lutin voyageur. J'ai fais les nôtres en fonction des modèles du site internet de la légende des lutins ici.

    J'ai découvert cette idée chez cette maman qui partageait les histoires de Barnabé le lutin et de son fils petit souriceau et qui a fait cette page facebook Les facéties du lutin de Noël en France, je vous conseille d'y faire un tour c'est super.

    J'ai repris des idées de ci de là... j'ai adapté aux attentes et envies de Loulou afin de rendre le plus magique possible cette belle histoire entre eux deux qui dure et qui dure et dont Loulou parle toute l'année. J'aime cette période qui précède Noël et qui est si magique et qui pourtant s'efface de plus en plus pour laisser place à une fête uniquement commerciale. Le lutin apporte toujours un cadeau, un livre qu'il aimerait partager avec Loulou, un livre que nous prenons grand plaisir à lire lorsqu'il est là... Depuis la rentrée je n'ai pas beaucoup partagé d'articles et pas vraiment dans les apprentissages formels que ce soit avec des cartes de nomenclatures ou autre car Loulou se sent heureux dans des apprentissages de plus en plus autonomes et notre quotidien suffit à ce qu'il apprenne et découvre par lui-même nombre de choses que ce soit en français ou en maths ou encore dans bien d'autres matières. Le lutin va donc nous apporter nombre de connaissances qui donneront peut-être envie à Loulou d'en savoir plus...

    J'ai adressé le courriers à "tous" comme ça cela peut inclure une maman et un enfant ou une famille ou que des enfants...

    Le premier est une présentation à envoyer avant le 15 novembre. Le second est le courrier à mettre à la boite aux lettres le 16 novembre. On commence par découvrir la Laponie et le peuple des Samis. Je continuerais de mettre les courriers à jour sur cet article afin qu'ils soient tous au même endroit. Il devrait y en avoir un tous les deux jours voir plus si j'ai le temps....

    Ah oui j'ai oublié de vous dire que Farfouille est assez pipelette il cause beaucoup, il a plein de post-it et plein d'idées alors bonne lecture ...

     

    Courrier de farfouille à envoyer avant le 15 novembre

     

    Courrier de farfouille du 16 novembre

    Voici trois courriers de plus qui clôtureront le voyage de nos deux lutins en scandinavie...

    Courrier du 17 novembre:

    courrier du 19 novembre:

    courrier du 21 novembre:

     

    Courrier du 23 novembre, celui-ci farfouille est une vraie pipelette... il faut dire qu'il raconte plein de secret sur le Père-Noël et la mère-Noël !!!

     

     Voici le courrier du 24 novembre, c'est un courrier un peu spécial, il parle de la nativité et donc de la religion chrétienne, j'en ai beaucoup parlé dans celui-ci car il va nous permettre de préparer Noël à la maison mais le lutin n'est pas obligé de l'envoyer, ce sera un jour de voyage sans courrier tout simplement.

     Courrier du 25 novembre. Après l'Ukraine, notre lutin travers la Mer Noire et la Mer Méditerranée et arrive en Grèce !!!

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lors de notre visite de l'exposition Ateliers d'artistes au Musée Courbet Loulou a particulièrement aimé les œuvres d'un sculpteur plasticien Jean-Michel Othoniel.

    Ses œuvres aux multiples reflets avec des formes arrondies invitent à la transformation et  la métamorphose. Elles laissent place à l'imaginaire. 

    Loulou a voulu à notre retour voir plus d’œuvres de cet artiste, celles que nous avons vu étaient très petites comparées à celles que nous avons pu observer dans un ouvrage sur lui que nous avons emprunté à la bibliothèque.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Loulou aime particulièrement lorsque l'Art et la géométrie se rencontrent.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

     

    Nous avons regardé avec attention les photos du livre. Nous avons observé le côté géométrique du travail de l’artiste. 

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

     

    Nous avons lu des extraits du livres sur l'artiste.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

     

    Nous avons observé sa façon de travailler avec des croquis et des maquettes.

     

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Loulou et moi nous nous sommes donc décidés à réaliser notre propre croquis en s'inspirant de ses œuvres, nous avons travaillé sur les formes et les couleurs, la transparence, la lumière.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet à la découverte de Jean-Michel Othoniel

    Nous chercherons prochainement des perles pouvant permettre à loulou de faire une maquette.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Octobre fut le mois des découvertes artistiques: musées, expositions, biennale des arts-plastiques.... Loulou a été immergé dans le monde des arts plastiques car en ce moment il semble particulièrement réceptif  aux métiers de l'art.

    L'exposition temporaire du Musée Courbet est vraiment tombée à pic. Généralement nous n'allons au musée ou voir des expo que pendant les temps scolaires ou les horaires creuses les week-end car ce genre d'exposition nécessite du calme, de la tranquillité et de l'espace. Nous aimons nous asseoir au sol et observer de loin certaines œuvres qui sont très grandes et qui ont besoin que l'on prenne du recule pour mieux les contempler.

    Il est assez amusant d'ailleurs d'être observé de loin par les personnes du musée... Un enfant qui n'est pas à l'école et qui en  plus se promène avec un carnet et des crayons et s’approche d'assez près de certaines œuvres très très rares et très chères.... Ça me fait toujours sourire.... il suffit que je dise simplement que nous faisons l'instruction en famille pour avoir des comportements complètements différents. Nous repartons souvent avec toutes sortes de prospectus offerts et de gentils compliments et invitations à revenir les voir.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet

    Après avoir dit que nous faisions l'ief dans la première salle, la dame est gentiment allée nous chercher le carnet pour les enfants et nous nous sommes donc promenés de salles en salles en répondant aux petits jeux sympathiques permettant d'apporter de l'attention à certains détails des œuvres des artistes.

    Dans cette expositions permanente, nous avons pu observer des photos d'ateliers de différents artistes avec leurs œuvres. Certains ateliers auraient pu être minimalistes, ils donnaient l'impression d'un vide mais la plupart étaient bondés de matériels surtout ceux des peintres. Certains étaient désorganisés et d'autres étaient rangés méticuleusement. 

    Nous avons pu observer également que certaines œuvres utilisaient très peu de couleurs deux ou trois alors que d'autres étaient couvertes d'un panel de couleurs impressionnant. 

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet

    Nous avons pu comparer des œuvres réalisées à l'encre, à l’acrylique, à la peinture à l'huile. Nous avons également pu observer la taille des toiles, la composition d'une ou plusieurs toiles et aussi le relief de certaines toiles avec de la peinture à l'huile en épaisseur.

    Il y avait aussi quelques sculptures en verre, en métal et en argile. Loulou a beaucoup apprécié les œuvres colorées de verre mais très peu celles en métal rouillé comme celles du sculpteur César.

    L'observation de ses œuvres nous a permis de discuter sur l'art abstrait et sur l'art figuratif. La plupart du temps Loulou était assez d'accord avec la vision des artistes entre figuratif ou abstrait mais parfois c'était moins facile... Sur deux tableaux notamment, Loulou voyait du figuratif et non de l'abstrait.

    Pour ce tableau d'Olivier Debré, Loulou y voyait clairement la mer.

    Et pour ce tableau de Zao Wou-ki, Loulou y voyait de la moisissure d'une écorce d'arbre observée au microscope....

    Il a aussi beaucoup aimé les tableaux de Maria Helena Vieira da Silva avec ses perspectives et ses effets de profondeur.

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet

    Lors de cette exposition nous avons donc fait de la géométrie et parlé perspectives et aussi droites parallèles et perpendiculaires et formes géométriques avec les œuvres de Michel Seuphor et d'Aurélie Nemours

    Ateliers d'artistes au Musée Courbet

     

    Cette exposition fut une très belle introduction au week-end de la biennale des Arts Plastiques auquel nous avons assisté et avons rencontré son professeur d'Arts Plastique qui exposait.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Hier nous nous sommes rendus à la Maison des Aînés pour voir une exposition: "Les beaux livres des classes primaires du temps passé".

    Cette exposition fait suite à celle que nous avons découvert la semaine dernière sur "les projets oubliés d'urbanisme" dans la découverte du  XXième siècle où Loulou avait remarqué que les filles étaient séparées des garçons à l'école comme dans les livres lus et les films vus ces deux derniers mois sur Le Petit Nicolas.

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

    Loulou connaissait déjà quelques manuels scolaires anciens des années 1950 / 1960. cette fois-ci il a pu en observer des plus vieux et voir non plus ceux qu'utilisaient ses grands-parents mais cette fois-ci ceux de ces grandes-mamies de 90 ans...

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Loulou a également pu observer les bons points pour les élèves, les cartes géographiques et les mots de satisfaction de l'instituteur adressés aux parents...

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

    Pour continuer nos découvertes nous regarderons trois beaux ouvrages remplis d'illustrations d’époque et nous nous intéresserons à l'histoire de l'écriture jusqu'à nos jours et aux diverses méthodes de lectures que les enfants ont connu à travers les siècles, de Charlemagne à nos jours....

    Les apprentissages scolaires au XXième siècle

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Depuis deux jours, Loulou a décidé de faire des scoubidous avec les fils qu'il a trouvé dans notre bricolage. Cette activité lui plait beaucoup il faut le pousser à aller dormir à minuit car il est encore son "dernier" scoubidou de la journée... Je le laisse car cela lui apporte beaucoup au niveau de la motricité fine dont il a grand besoin pour son écriture et en plus il souhaite absolument finir son projet et demeure impliqué jusqu'à la fin du scoubidou ce qui me plait beaucoup car Loulou abandonne souvent à la moindre difficulté notamment si cela touche la motricité fine.

    Il a fallu lui expliquer la technique et il a longuement observé les fils mais aussi le damier qui était produit. Nous avons commencé par celui dont la base est carrée puis triangulaire puis il a voulu faire la méthode avec les croisés à quatre fils et à trois fils. Le début n'a pas été facile car il fallait tenir tous ces fameux fils et Loulou était un peu perdu... Il fallait aussi faire attention à ne pas les croiser dans le mauvais ordre sous peine de ne rien avoir à tirer ou d'avoir un damier erroné.

    En faisant des scoubidous, nous avons aussi parlé de triangles, carrés, rectangles mais également de la façon dont les fils étaient les uns par rapport aux autres, ressemblants à des droites...

    Nous nous sommes amusés à faire des dessins pour monter quel fil allait au-dessus et quel fil allait au-dessous pour faire un damier correct puis nous avons fini par parler de droites parallèles, perpendiculaires et sécantes.

    Bien évidemment ce n'étaient pas de vraies droites mais nous avons adapté des dessins pour faire comme si....

    Afin de garder une trace de notre travail je l'ai remis au propre pour en faire un doc qui pourra nous servir par la suite lorsque nous reparlerons de droites en géométrie. Se rappeler d'une activité amusante c'est toujours mieux....

    Nous sommes partis de ce que nous avons appelé la base c'est-à-dire l'espèce de damier qui est produit lorsque l'on tire les fils ensembles. 

    Les scoubidous pour faire de la géométrie

    Avec la base triangulaire nous avons parlé des droites sécantes puisque les fils se croisent si l'on imagine que l'on prolonge le fil à l'endroit où il est plié.

    Les scoubidous pour faire de la géométrie

    Avec la base carrée nous avons parlé des droites parallèles avec les fils de même couleur et des droites perpendiculaires avec l'intersection entre un fil de chaque couleur.

    Les scoubidous pour faire de la géométrie

    Avec la base rectangulaire nous avons approfondi notre découverte des parallèles et des perpendiculaires.

     

    Vous trouverez ci-dessous nos trois bases dessins en trois feuilles à chaque fois:

    - la première montre le dessin de base avec le nom de chaque droite où l'enfant doit prolonger le fil pour en faire une droite, il peut après en faire ses déductions

    - la seconde feuille est le corrigé du dessin avec les droites prolongées et les signes particuliers comme l'angle droit ou le point d'intersection

    - la dernière feuille est la trace écrite de nos observations avec les codes mathématiques, quelle droite est parallèle, perpendiculaire ou sécante à une autre...

    - les trois dernières feuilles sont des feuilles de définitions qui accompagnent l'enfant dans sa recherche du début.

     

    J'ai essayé de mettre une photo parlante pour aider Loulou à se rappeler des définitions des droites. Par la suite j'en ferai aussi pour la demie-droite et le segment.

     

    Voici donc le doc si vous avez envie de faire un peu de géométrie imaginée avec vos scoubidous. Bon amusement.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'an dernier Loulou a beaucoup aimé découvrir la grammaire avec les symboles Montessori qu'il promenait partout. Nous avons vu les déterminants, noms, noms propres et verbes. Cette année nous avons vu l'adjectif également.

    Pour la conjugaison nous n'avons rien fait l'an dernier à part nos observations en lecture. J'ai retrouvé par hasard un livre que j'avais acheté sur un vide-grenier il y a plusieurs années que vous pouvez trouver ici

    Loulou a tout de suite accroché à l'histoire et nous avons donc abordé le sujet, les verbes être et avoir et l'adjectif pour le moment. 

    A la découverte du sujet avec une histoire

    A la découverte du sujet avec une histoire

    A la découverte du sujet avec une histoire

    En découvrant le dernier article de mon amie Anaïs sur son blog Montessori mais pas que.. j'ai profité de ses phrases pour proposer à Loulou de revoir les adjectifs et de chercher les sujets et les pronoms personnels qui remplacent le sujet. 

    A la découverte du sujet avec une histoire

    Loulou a trouvé la nature des mots de la phrase, il a ensuite écrit le numéro du groupe du verbe en me disant l'infinitif puis il a entouré le sujet. il a cherché quel pronom pourrait remplacer le sujet et à écrit le pronom ainsi que sa "place" 3S pour troisième personne du singulier, 3P pour troisième personne du pluriel....

    Prochaine étape: fabriquer des petits symboles en pâte fimo pour la grammaire et les symboles de l'histoire du livre pour s'amuser avec d'autres phrases ...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'an dernier j'avais vu un article très sympa sur un carnet Défi Musées chez Ressources pour s'amuser ensemble. J'avais imprimé les étiquettes et gardé l'idée en tête pour classer nos visites. 

    J'avais présenté l'idée à Loulou mais lui voulait mettre tous les dépliants que nous avons lors des visites. Bien évidemment cela va de la toute petite feuille au grand livret... J'ai donc mis l'idée de côté à mûrire...

    J'ai opté pour un grand classeur A4 avec des plastifiches et nous avons collé les étiquettes Défi Musée.

    Cette année on enchaîne les visite et lorsque Loulou souhaite montrer un dépliant à quelqu'un c'est vite galère pour retrouver la bonne page il faut se rappeler de la date...

    J'ai donc décidé de rajouter des intercalaires et de classer nos visites en fonctions de la classification des arts comme nos classeurs que vous trouverez ici.

    J'ai pris des feuilles bristol chemises que nous utilisons pour les lapbooks que j'ai collé pour une épaisseur plus solide et j'ai collé dessus des étiquettes pour le nom de l'art concerné que vous trouverez en doc ci-dessous.

    J'ai ajouté une page de garde multicolore pour rappeler celles de notre classification. Reste à présent un petit travail de tri pour Loulou...

    Défi Musées chez nous aussi

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Nous avons commencé l'étude des registres et genres littéraires par la découverte des romans depuis l'an dernier. Loulou a découvert ce qu'était un narrateur, celui qui raconte l'histoire...

    Il a lu des romans où le narrateur était un personnage de l'histoire voir même le personnage principal comme dans les Aventures de Géronimo Stilton. Il a aussi découvert la narration en regardant ses DVD du Petit Prince. Beaucoup de romans qu'il a lu étaient racontés par un narrateur personnage principal de l'histoire. 

    Ces romans étaient intéressants car ils lui ont permis de découvrir la conjugaison à la première personne du singulier aux temps du passé. Il s'est ainsi familiarisé avec l'imparfait et le passé simple notamment dans les Géronimo.

    Ces récits l'ont beaucoup aidé à enrichir son vocabulaire grâce à la description. Il a appris à mieux détailler des images et des scènes qu'il pouvait observer. J'ai remarqué récemment lors de nos visites dans divers musées à quel point il pouvait à présent détailler avec un langage soutenu et spécifique ce qu'il observait. Nous l'avions déjà remarqué lors de la visite de l'inspectrice pour notre cp en avril dernier lorsqu'elle lui avait présenté une image à décrire en une phrase. Sa phrase était très longue et très bien construite, elle l'avait même complimenté.

    Depuis septembre, Loulou s'intéressait à un autre type d'écrit: la bande dessinée. Les illustrations, la composition lui apportaient une vision différente de la description qu'il pouvait lire dans ses romans.

    Récemment nous avons assisté à un spectacle théâtral poétique où l'histoire nous était présentée sous forme d'un poème. Des mots présentés les uns derrières les autres sans réelles phrases, accompagnés de blancs sonores, des intonations appelant au questionnement, à l'intrigue, à l'imagination laissant au spectateur toute la liberté d'imaginer sa propre description et interprétation de la scène.

    Loulou a semblé quelque peu perturbé au début même s'il s'est intensément pris dans l'histoire au point de lever la tête à chaque fois que le regard de l'artiste semblait regarder au loin pour observer un éventuel oiseau qui pourtant n'existait pas....

    A la sortie de ce petit spectacle, j'ai pensé qu'il n'avait pas forcément compris le travail de la metteuse en scène  puisqu'il n'y avait pas réellement de phrases et qu'en plus il y avait quelques mots et chansons chantées en polonais dont nous ne comprenions rien.

    Je me suis dit que le théâtre d’interprétation était encore peut-être un peu abstrait pour Loulou qui est très terre à terre avec une pensée bien scientifique pour voir les choses. Je ne sais pas réellement ce qu'il a pu retenir de ce spectacle d'inspiration de poèmes haïkus japonais dont nous avions découvert l'an dernier un livre magnifique (article ici) quelque peu déroutants de par leur composition.

    Il est parfois difficile de savoir si ce que l'on propose à l'enfant en ief semble être adapté, si l'on n'en demande pas trop, si l'on n'est pas à côté de la plaque. J'ai appris au fil des années à faire confiance en l'enfant, à le laisser s'imprégner de l'instant présent à sa façon sans forcément chercher à savoir ce qu'il en a retiré mais une petite voix est toujours là pour me dire est-ce suffisant? Est-ce bien?

    Hier soir Loulou m'a étonné... Il a trouvé un moyen de répondre à des questionnements auxquels je n’avais même pas pensé et qui lui ont permis de faire le lien entre la narration des romans et de ses dvd avec le spectacle poétique.

    Le spectacle théâtral ne lui a pas permis de comprendre toute l'histoire et aucun narrateur n'était présent pour commenter cette histoire. Il en est donc resté sur sa fin d'autant plus que la metteuse en scène avait spécifié que "nos questions doivent rester dans notre tête" et que si une devait sortir ce serait en chuchotant afin de ne pas déranger les autres. Loulou a donc gardé ses questions en tête jusqu'à en chercher le moyen d'y répondre par lui-même.

    Il a regardé trois fois le même dvd dans la journée, ça lui arrive souvent tant qu'une chose l'interpelle ou lorsqu'il adore certaines scènes qu'il va d'ailleurs mettre en répétition en utilisant les fonctions de la télécommande ou même mettre sur pose et dessiner la scène spécifique. Je n'y ai donc pas prêté attention sur le moment. Le soir Loulou vient me voir en me disant: "Tu sais avant de rendre le dvd à la bibliothèque je voulais être sûr de tout savoir et de tout avoir compris alors j'ai regardé l' autre version du dvd". Je me suis dit tiens c'est comme pour les puzzles quand il était petit, une fois qu'il le connait par coeur il le fait à l'envers, là il se met à regarder les autres versions comme j'avais déjà pu le voir certaines fois où il sélectionnait des passages en anglais.

    Cette fois-ci ce n'était pas la langue qu'il avait changé. Il voulait parler de l'audiodescription. Cette version en voix off qui permet aux aveugles et mal-voyants de pouvoir découvrir l'histoire du dvd avec une version descriptive détaillée. Loulou s'est trouvé son narrateur pour dvd. Grâce à l'audio-description il avait l'impression de ne rien rater du film, juste au cas où....

    Les audio-descripteurs aussi appelés "traducteurs d'images" permettent d'analyser les images et d'en extraire le sens. Ils "oublient" les mots du script du film et en conservent uniquement le sens. Le spectateur prend alors conscience du sens du message passé dans l'histoire en perdant conscience des mots et des phrases du script qui accompagnent l'histoire. En fonction du temps imparti de description, l'audio-descripteur va alors faire un travail de priorisation en sélectionnant des éléments précis de l'histoire puis finira par un travail de reformulation concis et précis dans le choix des mots qu'il va utiliser pour décrire la scène du moment. C'est ce qui plaisait à Loulou, une autre façon de voir et d'écouter ce dvd, de découvrir cette histoire, un autre point de vue de l'histoire.

    Je lis souvent de nombreux questionnements de mamans sur les groupes facebook qui s'interrogent, tout comme moi d'ailleurs, sur les apprentissages autonomes et le fait de laisser l'enfant libre de ses apprentissages. Une amie m'a récemment prêté le livre d'Alan Thomas et d'Harriet Pattison intitulé "A l’école de la vie" sur les apprentissages informels sous le regard des sciences de l'éducation.. Ce livre est vraiment très intéressant.

    La rentrée a été très difficile pour nous et je n'ai pas fait autant de choses que je le souhaitais dans mon programme prédéfini malgré le fait que celui-ci soit restreint et prennent en compte déjà une grande partie de matières en informel. J'ai pu me rendre compte que malgré tout Loulou continue ses recherches et questionnements sans mon intervention du moins sans une intervention prédéfinie et programmée. Nos ballades, nos découvertes, les expositions auxquelles nous assistons avec grande curiosité permettent d'enrichir tout autant les apprentissages de Loulou même pour les notions importantes de maths et de français. 

    J'ai donc décidé de lui faire plus confiance dans ses apprentissages cette année et d'accepter que je ne connaîtrai jamais la totalité de ce qu'il apprend et que je ne maîtriserai pas non plus tous ses apprentissages puisque parfois je ne sais même pas qu'il a découvert ou appris quelque chose et que c'est seulement par la suite que j'arrive à faire le lien entre différents apprentissages et notions. Je ne vais pas pour autant abandonner les pédagogies alternatives qui me tiennent à coeur comme Montessori, Masson ou Reggio mais je pense que je serai moins exigeante cette année en terme d'attentes notamment d'attentes de résultats et d'acquisitions qui me rassurent MOI. Je vais par contre entamer un travail d'observations non invasives plus poussé  de ses apprentissages car même en jouant il fait appel à des notions importantes qui me permettront d'argumenter auprès de l'inspectrice de notre entretien sur la progression des apprentissages de Loulou et de me rassurer. La réception de notre rapport du contrôle m'avait beaucoup  angoissé et détourné de notre objectif principal. Le fait d'avoir une liste d'attendus et d'acquis sur une année précise m'avait stressé et j'ai naturellement dévié vers la réponse à ces attentes afin de me rassurer pour le prochain contrôle. C'était sans compter sur la participation de Loulou pour me rappeler que l'ief ce n'est pas l'école ni les programmes de l'Education Nationale, c'est l'apprentissage de la vie.

    L'ief n'est jamais figée, elle évolue tout autant que les apprentissages de l'enfant et de la vie au quotidien. La remise en question est nécessaire pour mieux avancer. J'ai réalisé que je devais faire plus confiance à mon fils dans ses apprentissages et que je devais aussi apprendre à ne pas tout maîtriser même si cela me rassure pour la vision de son avenir et pour un avenir plus proche, celui des contrôles pédagogiques surtout en ce moment que les premiers courriers et contrôlent commencent...

    L'ief permet aux enfants d'apprendre à leur rythme et de ne pas coller aux attentes de l'Education Nationale par année ou niveau mais bien au socle commun. Nous avons fait le choix de lui laisser le temps et la liberté d'apprendre mais parfois notre quotidien, notre entourage de par ses réflexions, nous pousse à réclamer des attentes et une remise en question est parfois nécessaire pour retrouver nos valeurs et nos priorités. A présent lorsque j'observerai Loulou en train de regarder un film en audio-description je me dirai tiens, il est entrain de travailler son français, ce qui l'aidera dans la lecture de ses prochains romans ou encore lors de nos visites au musée, au théâtre ou pourquoi pas lors d'une rencontre avec une personne aveugle ou mal-voyante...

    Aujourd'hui j'ai partagé un article sur la narration avec vous simplement grâce à la version audio-description d'un film pour enfant en dvd.... je n'ai pas de photos, pas de matériel spécifique à présenter, pas de méthodes à suggérer et pourtant mon fils a appris des choses et continuera à en apprendre encore grâce à sa curiosité, à son envie de découvrir le fonctionnement des choses, à réfléchir et à s'interroger sur le monde qui l'entoure, ce monde dans lequel il va devoir grandir, vivre et s'adapter.

    J'espère que si des mamans se posent beaucoup d'interrogations sur leur capacité à faire l'école de la maison, elle auront vu par ce témoignage que leurs capacités ne suffit pas et ne font pas uniquement les apprentissages de leurs enfants. Il faut faire confiance à son enfant, il apprend tout le temps même quand on en n'a pas l'impression, il faut profiter de ces moments si précieux. La remise en question est nécessaire pour avancer mais elle ne doit pas mettre en avant que nos difficultés et nos impressions de ratés car il y a toujours du positif même si nous ne le percevons pas en temps réel....

    Il peut y avoir des périodes avec de grands apprentissages et parfois de manière assez formelle mais il peut y avoir aussi des moments où rien ne se passe réellement ou du moins nous donnent cette impression car en réalité l'enfant apprend tout le temps seulement nous ne pouvons pas toujours observer les moindre détails d'une journée et décrypter des choses qui nous paraissent juste normales.... A force de chercher à notifier tous les apprentissages et à les décortiquer et les lister on finit par ne plus voir l'essentiel. On se dit que l'on n'a pas encore abordé telle notion de telle manière et il se trouve qu'elle est parfois déjà en cours d'acquisition naturellement chez l'enfant grâce au quotidien. Certains parents vont jusqu'à penser que l'enfant peut apprendre en étant totalement libre de ses apprentissages sans forcément intervenir ni proposer quoique ce soit mais juste en étant présent, en offrant un environnement ouvert à la curiosité de l'enfant et en répondant à ses questions. 

    Nous tendons de plus en plus à laisser cette vision de l'ief nous accompagner dans nos apprentissages néanmoins si elle demeure de plus en plus présente, elle ne l'est pas à 100% car notre vie au quotidien est encore trop remplie de contraintes pour offrir un environnement propice aux apprentissages totalement autonomes de notre Loulou. Cela nécessiterait une plus grande remise en question de tout notre mode familial... Peut-être qu'un jour nous aurons nous aussi envie de ce mode d'instruction plus libre à la maison ou peut-être même que nous irons encore plus loin dans notre réflexion et que nous chercherons peut-être aussi à parcourir le monde en sac à dos ou camping-car et vivre à 100% cette instruction au niveau familial.... En attendant nous allons simplement profiter de ces moments présents qui sans que l'on s'en rendent comptent font aussi partie de l'instruction de notre enfant.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Dernièrement nous avons assisté à un spectacle d'un grand cirque itinérant. C'était la première fois où Loulou pouvait voir un cirque de l'intérieur. Nous ne sommes pas passionnés par ce genre de spectacle car nous préférons voir les animaux en liberté plutôt qu'enfermés et dressés. Le programme de ce cirque ayant peu de temps consacré aux animaux et beaucoup plus aux acrobaties, jonglages et danses, nous avons toutefois fait une exception afin de découvrir le monde du cirque qui est un art de la scène particulier que nous souhaitions étudier cette année.

    Durant le spectacle nous avons pu assister à diverses représentations artistiques que nous allons prendre le temps de découvrir en faisant des recherches dans les prochains mois et pourquoi pas des essais pratiques...

    A Noël dernier, Loulou avait assisté à un spectacle musical accueillant plus de mille personnes dans une des grandes salles de spectacle de notre ville, il avait eu l'occasion de monter sur scène pour voir le Père-Noël et chanter avec d'autres enfants. Il avait ainsi pu observer de près la scène, ses éclairages et ses décors ce qui lui avait beaucoup intrigué.

    Nous allons donc commencer notre découverte du cirque plus en détail par la piste de cirque, ses éclairages, ses sons ainsi que ses hommes de l'ombre, les personnes en noir qui installent et désinstallent les décors et accessoires sans qui le cirque ne pourrait tourner et dont nous avons été invités à applaudir plusieurs fois durant le spectacle lors de petites pauses.

    Voici donc quelques photos de ce que nous avons pu observer et à partir desquelles nous avons investi ce thème de recherche. 

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    Le plan du cirque nous a permis de voir que la scène était centrale avec une piste ronde comme au début des cirques, ce qui n'est pas toujours le cas actuellement. Chaque chapiteau est construit de manière spécifique et accueille des gradins, des tribunes et une piste agencés de manière différentes. Les entrées des artistes et des visiteurs sont donc différentes également.

    Nous verrons par la suite lorsque nous étudierons l'histoire du cirque quelles époques de notre histoire ont inspiré les arts du cirque et quelles en sont les symboles que l'on peut encore retrouver aujourd'hui.

    Pour notre part, le spectacle auquel nous avons assisté provient d'un cirque plus "contemporain" que traditionnel avec moins d'animaux, de clowns et plus d'acrobaties, de jonglages, de magie etc...

    Notre cirque étant itinérant, le chapiteau était en toile afin d'y être monté et démonté. Loulou a pu tenir la toile, observer les moindre recoins et même les trous de lumières avec lesquels il a beaucoup joué en attendant le début du spectacle.

    Nous étions en tribune familiale, la tribune la moins chère et la tribune où l'on voit le moins bien évidemment. Loulou a donc pu s'en rendre compte et comprendre pourquoi les places étaient à des tarifs différents en fonction des noms et couleurs des tribunes sur le plan. En effet même si la piste est ronde, il y a des poteaux qui soutiennent le chapiteau qui peuvent gêner la vision et comme nous sommes autour de l'entrée des artistes nous les voyons souvent de dos même s'ils tournent autour de la piste. Les loges du milieu ont donc la meilleure place et sont très proches de la piste.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    Au sol, les hommes de pistes installent un tapis pour la piste. en quelques secondes le tapis est déroulé et parfaitement installé. Il peut ainsi accueillir les spectacles de jonglage, de danse, de clowns, d'acrobaties etc.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    Durant le spectacle de danse, les hommes de pistes travaillent avec les techniciens de sons et lumières pour installer dans l'ombre les accessoires pour le spectacle de cascade en monocycle suivant afin de perdre le moins de temps possible et de tenir le spectateur en halène.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    Le fait de se retrouver à l'arrière de la piste permet aussi de voir des choses que les autres spectateurs ne peuvent voir sur les côtés ou en face de la scène. Loulou a ainsi pu voir les astuces des dresseurs de perroquets par exemple.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    Les spectacles d'animaux nécessitent des accessoires plus importants ainsi qu'une sécurité pour éviter tout incident. les hommes de l'ombre ont donc installé des grillages de séparation entre la piste et les spectateurs afin de protéger les spectateurs des animaux mais aussi les animaux des spectateurs qui tenteraient de les toucher et qui pourraient leur faire peur.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    La piste est donc entièrement protégée par des normes de sécurité et du matériel adapté. En fonction de l'éclairage on peut ainsi voir comment sont accrochés certains accessoires comme les filets ainsi que les rampes d'éclairage.

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

    A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scène

     

    Durant tout le spectacle, les musiques et les lumières accompagnent les artistes et permettent d'accentuer la magie du spectacle, le spectateur est transposé dans un autre monde et ne voit plus que la scène.

    Lorsque nous avons assisté dernièrement au théâtre poétique (article ici), la metteuse en scène nous a expliqué au début du spectacle que la pièce serait dans la pénombre. Elle nous a dit que "le sombre est la pour mieux voir". Grâce à la pénombre autour de nous, notre regard est attiré par des endroits précis en lumière et peut ainsi nous transporté dans la réalité du spectacle ou de l'histoire. Le noir n'est pas là pour faire peur mais pour mieux apprécier la scène qui se déroule sous nos yeux sans être déconcentré par l'environnement qui nous entoure.

    Voilà donc le petit exposé de nos recherches sur les métiers de l'ombre et la scène du cirque. Nos recherches se poursuivront sur les différents métiers du cirque et l'histoire du cirque.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires