• A la découverte de « Maux d’alité » de Clément BATTISTA

    Il existe des livres qui nous marquent plus que d’autres. La plupart du temps, ce ne sont pas forcément des romans très connus faisant partie des étalages publicitaires des grandes librairies. Ce sont pourtant ceux-ci qui nous font le plus réfléchir sur la vie et qu’on a envie de relire plusieurs fois dans sa vie et de garder précieusement dans sa bibliothèque. Après « Le chat qui voulait être un lion » de Anouk POULIN et « Le don ultime » de Jim STOVAL, Loulou s’est pris d’affection pour l’histoire de Jean et Marie dans le livre « Maux d’alité » auto-édité par Clément BATTISTA. C’est tout à fait par hasard que nous avons découvert cet auteur sur Facebook qui faisait la promotion de son roman.

    Depuis le premier confinement, comme beaucoup de monde, notre vie a quelque peu été chamboulée et notre façon d’aborder l’ief également. Privés de nos nombreuses activités, nous avons eu beaucoup plus de temps pour lire ce qui a donné l’envie à Loulou de commencer l’écriture de son premier roman jeunesse. Malheureusement plus de temps à la maison voulait également dire moins de temps avec notre famille et nos amis. Ce fut l’occasion de maintenir les liens de nouvelles manières. Privés de contacts physiques, nous avons développé les discussions Internet via les visioconférences avec la famille ou les amis et nous aussi créé de nouveaux liens.

    Tout a commencé avec la découverte d’un livre d'une auteure très connue dont j'avais entendu parler sur un groupe de lecture et souhaitais découvrir : « Chère Mamie » de Virginie GRIMALDI. Une lecture solitaire qui a fini par devenir partagée avec la curiosité de Loulou. Inspiré par l'humour du livre qu'il recherche beaucoup dans ses lectures personnelles notamment dans les ouvrages du styles "Journal intime d'un chat en manque de croquettes" de FLORIAN ou encore "Moi Edgard, chat acariâtre" de Susie JOUFFA et Frédérique POUHIER, il a eu envie à son tour d’écrire des lettres humoristiques. Après réflexion, il a choisi d’écrire à des résidents d’un ehpad que nous rencontrions souvent lors de nos répétions de quadrille et de petits spectacles musicaux déguisés auxquels nous participions avec l’association pour égayer les résidents et leur famille. Grâce à Internet, Loulou a pu envoyer ses lettres à l’animatrice. Imprimées en format A3 et plastifiées, elles ont pu passer de chambres en chambres pour égayer un peu le quotidien des résidents confinés dans leur chambre pour leur plus grand plaisir.

    Lors de la seconde période de confinement, nous n’avions toujours pas repris nos activités ni pu rendre visite aux résidents. Les cartes postales de Virginie GRIMALDI de « Chère mamie au pays du confinement » dont le livre est sorti la veille du second confinement nous ont aussi accompagnées dans cette nouvelle période difficile, comme un nouveau rituel qui s'est imposé naturellement. Loulou a donc souhaité réécrire aux résidents de l'ehpad. Pour varier, il a choisi de leur préparer un calendrier de l’Avent spécial chat dans l’attente de la nouvelle année, décembre approchant à grands pas. Il a partagé ses citations, expressions, proverbes et extraits de livres préférés sur sa passion des chats dans l’espoir de rendre cette période un peu plus gaie pour les résidents dont l’établissement avait été beaucoup plus touché par le Covid-19 que lors du premier confinement où il s’était confiné bien avant les autres. 

    Peu avant l'annonce du troisième confinement, j'ai fait la découverte du roman de Clément BATTISTA qui est donc venue s’ajouter à ce qui était devenu pour nous une sorte de petit rituel : un confinement, une lecture marquante, une envie de partager autrement.

    Tout comme les ouvrages de Virginie GRIMALDI, « Maux d’alité » fut une bouffée d’oxygène dans un contexte toujours  angoissant même s'il était moins liberticide que le premier, nous étions toujours coupé de notre famille et nos amis. Ces trois livres nous ont permis d’aborder la vie de famille, l'amour, la vieillesse et la maladie de manière réelle mais sous une note humoristique découvrant ainsi les vraies valeurs partagées par les deux auteurs. L’un comme l’autre, auteure connue des grandes librairies et auteur auto-édité moins médiatisé, a su exprimer au travers le quotidien de leurs personnages l’angoisse de situations stressantes tout en délivrant des messages positifs sur la vie.

    Si Virginie GRIMALDI a su partager avec brio le quotidien d’une famille lambda avec toutes ses difficultés à appréhender les petits tracas de la vie même durant des périodes très angoissantes comme le premier confinement, Clément BATTISTA nous a transporté dans le quotidien de Jean et Marie, un couple où tous deux, âgées de 80 ans, nous emmènent à la découverte de la vieillesse et de ses maux mais aussi de toute sa grande richesse de vie amassée au cours du temps qui passe avec toutes les réflexions qui nous amènent nous lecteurs, à repenser notre vision de ce miroir qui nous attend nous aussi d’ici quelques années.

    Même si ces livres ont été tous les trois écrits pour un public adultes, je les ai trouvé parfaitement accessibles à un public plus jeune (8 à 10 ans selon la maturité et la sensibilité), permettant de mettre des mots sur des maux qui nous entourent avec une touche de légèreté tout en restant conscients d’une réalité existante.

    Même privés de contacts physiques, nous pouvons toujours d’une manière ou d’une autre partager le quotidien d’autres personnes et faire évoluer notre regard sur autrui.

    Lorsque j’ai contacté Clément BATTISTA pour lui demander des détails sur son roman afin de vérifier s'il était accessible à Loulou, j’ai appris que celui-ci était accompagné d’un marque-page et surtout d’un petit livret comportant des souvenirs et récits de personnes âgées qu’il côtoyait en travaillant à l'ehpad. Animatrice en gérontologie de profession, nous avons échangé sur l’importance de ce partage intergénérationnel et Loulou fut très heureux de recevoir quelques petits mots à son attention de la part de quelques uns des résidents pour le féliciter de ses petites actions et l’encourager dans ses démarches d’écriture.

    Ce troisième confinement nous aura fait découvrir un troisième livre qui nous aura marqué au point de vouloir transmettre encore une fois une partie de nous à des inconnus même si les contacts physiques ne peuvent être possibles. Loulou a décidé de transmettre à l’auteur ses impressions après avoir lu son roman mais aussi ses idées pour un éventuel second tome en les classant de la plus belle fin à la pire. Il a aussi souhaité écrire une lettre à chacune des personnes âgées qui lui ont écrit un petit mot d’encouragement. Il a personnalisé chaque courrier en se référant au souvenir partagé qui parfois faisait rebond avec ses propres souvenirs et leur a adressé une copie de son calendrier en espérant qu’elles auraient autant de plaisir à lire son calendrier qu’il a eu à lire leur livret.

    Ce qui m'a plu dans ce livre c'est que nous nous sommes très vite attachés aux personnages et qu'on vit leur vie au travers de leurs pensées. Pour les plus jeunes, on est libre ou non d'expliquer dans la gravité les situations burlesques rencontrées, ce qui laisse libre cours à l'imagination tout en se confrontant à des situations réelles. L'humour apportée dans ce roman permet selon l'âge du public d'interpréter à intensités différentes la gravité des maux de la vieillesse. L'innocence du regard d'un enfant lecteur sur un sujet aussi difficile que la vieillesse et la fin de vie, permet d'appréhender les situations vécues selon sa maturité ce qui en fait une lecture familiale partagée toute aussi riche et intéressante. La plume humoristique de l'auteur ajoute un peu de gaieté sans pour autant dévier sur de quelconques pensées moqueuses déplacées. La réalité présente reste tel un fil rouge tout au long du roman même si de petites situations spécifiques apportent une note de légèreté qui permet ainsi de découvrir la vie de Jean et Marie sans en supporter le poids réel des maux rencontrés. J'ai trouvé que l'auteur avait bien réfléchi à la finalité de son roman et permis à tout type de lecteur de bien vivre la fin de l'histoire de Jean et Marie selon ses envies. Elle est parfaitement adaptée aux plus jeunes et aux plus sensibles même si elle n'enlève pas le caractère réel de l'histoire avec certains passages un peu plus tristes nécessitant au parent de mettre des mots sur les maux vécus comme dans toutes situations du quotidien. Nous vous invitons donc avec tout notre coeur à partager vous aussi cette lecture en solo et pourquoi pas aussi en famille si elle vous a plu et que vous pensez que vos enfants aimeraient découvrir la vie de Jean et de Marie. Il ne nous aura fallu qu'une matinée et une après-midi pour lire cette histoire tant nous étions pris dans le fil. Les petits souvenirs partagés dans le livrets sont un petit plus très apprécié qui rend ce livre encore plus réel et qui donne envie d'une suite. Pour retrouver ce livre, il vous suffit de taper le titre et le nom de l'auteur sur Internet et vous trouverez plusieurs site qui le vendent. Alors n'hésitez pas à l'jouter à votre Pile A Lire!

     

    A la découverte de « Maux d’alité » de Clément BATTISTA

    A la découverte de « Maux d’alité » de Clément BATTISTA

    « Jouer avec les chiffres et nombres positifs et négatifs grâce aux températures
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :