• Le Unschooling chez nous c'est quoi?

    Voici un article que j'édite enfin après une pause assez longue, notre contrôle inspection et notre premier contrôle mairie hier... Nous avons eu notre contrôle inspection fin janvier à un moment assez compliqué pour nous. Loulou sortait de 10 jours de très forte fièvre à cause de la grippe, il était sous antibiotiques et souffrait d'une complication de la grippe, une bronchite aiguë. La réception du courrier le 26 décembre pour notre contrôle alors que le précédent avait eu lieu fin avril nous avait quelque peu surpris d'autant plus que l'espace entre les deux était assez court avec trois mois de vacances sur huit mois.... Pour ma part outre le fait que j'enchaînais les nuits blanches à écrire mon projet pédagogique et recenser les découvertes de Loulou, puis à veiller sur sa santé, j'étais aussi en pleine démarche de démission de mon travail et de réorganisation de la maison avec une pièce entièrement dédiée à l'ief....

    Autant dire que cette période fut assez stressante d'autant que Loulou n'écrivait toujours pas et que nous prenions dorénavant un gros retard puisqu'il était censé être en CE1. Les mois précédents nous avions fait le pas du total unschooling et j'appréhendais donc beaucoup ce contrôle. J'avais envie de dire beaucoup de choses lors de notre inspection qui me semblaient très importantes et avait peur de ne pas pouvoir tout dire ou d'en oublier. Le projet pédagogique était donc pour moi un outil indispensable. En le réalisant sans avoir réellement le temps de préparation nécessaire je me suis aperçue à quel point il était important que le parent soit préparé à ce contrôle et non l'enfant....

    Bien que Loulou ait été "fatigable" lors du contrôle selon de rapport de l'IA (il s'est en effet endormi sur la banquette à côté de la conseillère pédagogique au bout de 3 heures....) celui-ci fut positif avec bien évidemment des conseils afin d'améliorer les points faibles de Loulou dont la sacro-sainte écriture.... Après ce contrôle et dans l'attente du rapport j'ai eu une grande période de remise en question et de doutes. J'avais beaucoup d'appréhension d'un second contrôle mais je n'avais toujours pas envie de forcer Loulou à écrire pour faire plaisir à l'inspectrice... J'avais noté depuis peu de nouvelles capacités de motricité fine comme le fait qu'il commençait à faire ses lacets...

    Quinze jours après le contrôle, Loulou a commencé à écrire et j'ai mis de côté mes doutes pour l'encourager me sentant rassurée pour un éventuel second contrôle. Plusieurs semaines se sont écoulées et toujours pas de rapport, après un coup de fil il s'est avéré que le rapport avait été réalisé mais que la secrétaire avait omis de me le transmettre, nous sommes donc allés le chercher nous-même à l'IA et avons enfin pu prendre des vacances....

    Loulou a bien compris à quel point cela embêtait l'inspectrice de ne pas avoir de traces écrites de ses découvertes et nous avons décidé de réaliser un carnet nature chacun où nous dessinons et écrivons nos observations lors de nos ballades natures. Il a commencé durant cette période à s'intéresser aux homonymes et j'ai ressorti des cartes à choix de type Montessori que je devais plastifier il y a bien longtemps et qui prenaient la poussière. Plutôt que de les plastifier Loulou a entouré ses réponses et nous les avons collé dans un cahier pour garder des traces... Depuis nous gardons cette organisation, lorsqu'il s'intéresse à quelque chose nous tentons d'imprimer et de laisser des traces. On a fait un cahier pour chaque matière à découvrir et Loulou est content d'y coller ses découvertes. Il n'y a toujours pas de programme à suivre mais nous essayons de coller quelque chose dans un des cahiers au moins trois fois dans la semaine... J'ai aussi acheté un agenda où je note chaque jour ce que nous faisons dans les grandes lignes afin d'avoir plus de facilités pour rédiger mon prochain projet pédagogique ainsi que ce que j'appelle mon rapport d'activités. Dans ce rapport j'ai repris chaque compétence et mis les grandes lignes de nos découvertes entre les deux contrôles ainsi que des exemples de notre façon de travailler. J'ai par exemple noté comment la découverte des BD de Chi nous ont fait découvrir l'art de la BD, l'exposition de Tintin et Hergé, les onomatopées etc....

    Cette période de contrôle fut également une période où nous avons à nouveau beaucoup parlé et expliqué nos choix à l'entourage et où j'ai donc tenté moi-même de rechercher les réponses les plus représentatives de notre parcours jusqu'à aujourd'hui et de notre façon de faire l'ief actuellement car elle ne cesse d'évoluer. Voici donc l'article que j'ai écris et que j'avais laissé le temps de mûrir: ATTENTION PAVE!!!!

     

    *******************

     

    Depuis que nous faisons l'ief, autrement dit depuis les 3 ans de Loulou, nous répondons toujours aux mêmes questions dont l'une des principales: "Mais comment faites-vous? Vous avez des livres comme à l'école???"

    Jusqu'à présent je citais surtout le matériel à notre disposition car en maternelle c'est beaucoup de manipulation mais depuis l'an dernier c'est du sérieux, il faut argumenter pour le CP... J'avais pour retour "Ah oui, c'est les trucs du moment, on en entend parler partout, avant y avait pas tout ça!!!".

    Sauf que depuis plusieurs mois que nous sommes en unscho total et c'est plus difficile à comprendre. "Mais vous faites quoi alors de vos journées??? Comment ça il joue et découvre ??? Il apprend quand??? Il apprend quoi??? Vous n'avez pas d'emploi du temps? Oui mais vous suivez le programme scolaire quand même!!!"

    Alors comment dire : pas tout à fait !!! Voir même pas du tout!!!!

    Il existe beaucoup de façons différentes de faire l'instruction en famille mais je pense qu'il en existe encore plus dans le unschooling car cela dépend beaucoup de la famille en elle-même. Sa composition va influencer le quotidien car le unscho part du respect de l'enfant et de ses rythmes donc plus il y a d'enfants et d'âges différents plus il faut prendre en compte les rythmes de chacun... Ici il n'y a qu'un enfant et qui n'est plus en bas âge donc forcément cela nous laisse plus de libertés. Néanmoins il y a toujours le papa, son travail, ses horaires, ses contraintes, l'usage de la voiture... Là encore nous sommes assez libres, papa pouvant se rendre à pied au travail et ayant des horaires agréables (fin de journée à 17h et la moitié des vacances scolaires).

    Cela nous donne donc des amplitudes assez larges pour nous divertir en dehors de la maison les deux ou les trois.

    Parce que le unscho bien évidemment ce n'est pas rester tous les jours à la maison sans voir personne...

    Nous ne sommes pour le moment pas en "totale liberté" car Loulou a choisi de faire deux activités extérieures en semaine (arts plastiques et multisport) où nous devons donc respecter la fréquence et les horaires. Par contre pour la ludothèque, la bibliothèque, les sorties culturelles nous sommes décideurs de notre organisation même si nous sommes assez routiniers. Les saisons influencent beaucoup sur nos décisions car nous avons tendance à hiberner en hiver en découvrant des notions plus basiques comme la grammaire et le calcul et à sortir dès le printemps pour explorer le monde que ce soit dans l'Art, la zoologie, la botanique... 

     

    ***************

     

    Mais alors en dehors des activités sportives, culturelles et sociales que fait-on? Je dirais beaucoup de EX !!!  Non non pas des EXercices à la chaîne, pas des EXamens permettant d'évaluer les connaissances acquises, ni même des EXigences de résultats ou encore des EXécutions d'un programme prédéfini en détail.... Nos journées unscho c'est plutôt:

    - des envies EXaucées comme apprendre à faire un diagramme comme papa fait à son travail même si on est en cycle 2 et qu'on apprend à les lire en cycle 3 et à les réaliser en cycle 4

    - des EXceptions tous les jours car aucun emploi du temps à respecter comme ce matin où Loulou a préféré que je lui lise un roman et qu'il me lise le sien plutôt que de remplir un cahier d'exercices sur l’orthographe ou faire des calculs de maths sur une feuille, il a d'ailleurs fait de la géométrie en coloriant des coloriages magiques sur les formes géométriques mais il aurait pu faire des dizaines d'autres choses et même des lego tout simplement car c'est une de ses passions du moment

    - de l'EXcitation avec l'envie de découvrir de nouvelles choses comme le jour des soldes où il a fallut ramasser une étiquette de chaque pourcentage afin de les rapporter à la maison et de les comparer pour savoir comment ça marche (rien à voir avec le programme de cycle 2 non plus pourtant plein de notions du cycle 2 ont pu être abordées avec ce thème....)

    - des EXcurtions à tout va et pas forcément programmées à l'avance, surtout aux beaux jours et parce qu'on ne sait pas toujours à l'avance les expositions qu'il y a et qui vont nous donner envie... ou parce qu'une maman ief propose une rencontre dans le secteur

    - des EXemples à observer et à imiter grâce à la vie quotidienne, les courses, les recettes de cuisine, les jeux d'imitation. Ils représentent une énorme partie des apprentissages autonomes car la vie est remplie de choses à apprendre et à comprendre, qui à un moment ou un autre se rapportent aux attendus des cycles et du socle mais pas forcément dans l'ordre préétabli par un programme...

    - des questions EXistentielles où l'on s'amuse à en trouver les réponses dans des documentaires, des livres, des encyclopédies, le dictionnaire, des expo, des musées.... et où moi aussi j'apprends et je découvre car les apprentissages c'est durant toute la vie...

    - une quantité moins EXagérée de leçons et exercices, un peu par écrit pour garder des traces et pour se rendre compte des progrès qui permettent aussi la valorisation de soi-même notamment pour que Loulou se rende compte depuis son entrée en écriture qu'il fait des progrès et qu'il est capable maintenant d'écrire s'il en a envie des choses pour lui et aussi pour réduire sa peur des exercices du jour du contrôle car notre dernier contrôle s'est fait fin janvier et même s'il est positif l'exigence de traces écrites demeure très pesante dans le discours notamment avec l'évocation d'une visite en deux fois l'an prochain pour vérifier l'évolution de l'écriture essentielle pour la fin du CE2. Je profite donc des envies de Loulou pour trouver des exercices sympas et garder quelques traces mais je ne sais jamais vraiment ce qu'on va faire à l'avance.

    - une quantité EXagérée de livres en tout genre avec des livres dans toutes les pièces et une quantité EXagéré de photos qui nous permettent de garder des traces pour les contrôles et de faire des liens dans nos découvertes: "tu te rappelles lorsque tu as vu l'exposition sur la domestication il y avait plusieurs phrases parlant de nombres d'années qui racontaient l'histoire de la domestication des animaux par l'homme et bien ces nombres on peut aussi les ranger sur une ligne que l'on appelle une frise chronologique comme celle que tu vois sur ce livre... On peut aller rechercher nos photos et essayer de faire notre frise? On complétera avec nos livres?" ... Chaque découverte part d'une envie, d'une curiosité, d'un parallèle avec une activité, une visite au musée etc

    - aucune EXigence, demande d'EXcellence, d'EXemplarité: on a le droit de se tromper, on ne cherche pas à savoir le pourcentage de réussite et oui oui le pyjama ce n'est pas que pour la nuit, la terre c'est aussi sur les vêtements et les chaussures ce qui ne veut pas dire que l'enfant a le droit de faire n'importe quoi non plus, ses apprentissages et ses expériences doivent toujours respecter les règles de sécurité et de la maison (éducation, respect du matériel...) mais on n'attend pas de lui une réponse spécifique, ordonnée et méthodologiquement correcte. Il n'y a pas de notation ni de comparaisons de réussite ou de programme.

    - aucune EXonération (pas de tarif EXceptionnel comme pour les écoles, pas d'allocation rentrée scolaire, pas de cours gratuits de natation, de sécurité routière... mais des impôts à payer pour la gratuité de l'école c'est une réalité et un coût plus ou moins important selon le matériel et les petites mains bricoleuses ou non...), l'IEF est un choix et un droit, et il a un prix celui d'être traité différemment... On paye notre matériel, nos fournitures scolaires sans aide de l'Etat, on n'a pas de réduction pour des activités sportives ou culturelles, on ne peut profiter des tarifs des écoles pour les visites scolaires même si on est un groupe de plusieurs familles ief... Le droit à la culture se paie au prix fort comme pour n'importe qui, on use donc de stratégies telles que la carte avantage jeune, les expo gratuites, les abonnements etc mais on trouve toujours de quoi faire si on s'éloigne un peu de son domicile...

    - des moments d'EXaltation plus ou moins longs avec des envies et des rêves de s'EXiler dans des lieux EXotiques et de profiter de la vie au maximum en découvrant les récits des blogs de familles qui parcourent leur tour du Monde en vélo, en caravane, en tente, à pied ou encore en camping-car ou en bateau pour un an ou plus !!! Et aussi des rencontres avec d'autres enfants en ief parce qu’on n'est pas tout seul et que ça fait du bien de le voir et de le savoir et qu'en plus c'est c'est super sympa de partager de bons moments avec tout ce petit monde..

     

    ***************

     

    Le unscho n'a pas de limites si ce n'est celles de nos rêves et de nos peurs. Le unscho n'a pas de contraintes si ce n'est celles nécessaires à la vie et au respect d'autrui. Le unscho n'a pas d'objectifs ou de programmes précis mais au bout du compte l'enfant apprend à lire et à compter comme les autres si ce n'est qu'il ne le fait pas forcément dans le même ordre ni au même âge que la majeur partie des enfants de la société.

     

     

    Le unscho c'est pouvoir lâcher prise et sortir des chemins tous tracés, parcourir des sentiers inconnus et arriver à destination en ayant découvert plus que le chemin initial simplement en ayant confiance en son enfant, en ses capacités, en ses envies et en ses rêves tout en ne cédant pas à la peur des contrôles académiques et de l'entourage ce qui n'est pas toujours facile et avec lesquels il faut parfois composer.

     

    Oui mais alors concrètement ???? Ben concrètement c'est la vie quotidienne: les courses, la cuisine, les balades, la lecture de toutes sortes de livres, de documentaires pour les petits, les grands, les plus grands....

    La vie quotidienne est riche que si on veut bien lui laisser la chance d'être découverte et ne pas faire tout à la place de l'enfant pour aller plus vite ou parce que ce n'est pas à lui de le faire...

    Il faut parfois accepter de perdre du temps pour en gagner par la suite. Ce n'est pas toujours évident et bien vu par la société. Laissez un enfant de 3, 4, 5 ou 6 ans payer à votre place à la caisse et tous les regards sont sur vous et les commentaires également car bien évidemment ça prend plus de temps et à cet âge de toute façon un enfant ne sait pas compter...

    De même laisser son enfant faire des erreurs dans sa façon d'appréhender un problème ou du moins connaître une solution plus rapide pour arriver au même objectif sans intervenir et le laisser comprendre de lui-même ou attendre de lui montrer notre version une fois qu'il a eu finit même si ça prend beaucoup de temps et parfois cela crée de la frustration ce n'est pas facile non plus.

    Laisser son enfant choisir des thématiques et des jeux dont vous n'avez aucune attirance ni ne comprenez pourquoi un tel engouement c'est aussi parfois déroutant...

    Et l'éducation alors???? Il y a une différence entre l'éducation et l'instruction. Ce n'est pas parce que l'enfant apprend par lui-même avec du matériel et des jeux différents, qu'il demeure le détenteur des règles de la maison. Il peut tout à fait adorer la TV et les jeux vidéos cela n'empêche pas pour autant qu'il y ait des règles propres à chaque famille autour de l'utilisation de ces supports prenant en compte la santé de l'enfant, ses particularités et les choix éducatifs des parents.

     

     

    Instruire n'est pas éduquer même si notre Ministre est un ministre de l'Education !!!

     

     

    L'école devrait d'ailleurs n'avoir qu'un rôle d'instruction et non d'éducation, elle doit sanctionner des comportements déviants et non respectueux si nécessaire car elle est responsable du groupe d'enfants qui lui est confié mais elle ne devrait pas avoir à faire le rôle d'éducation de certains parents qui lui délèguent tous leurs rôles!!! Pour l'ief c'est pareil, l'inspection doit venir pour vérifier qu'il y a instruction et non juger sur l'éducation des parents ce qui n'est plus si évident pour elle depuis qu'elle doit faire face à une forte hausse de parents déserteurs de leurs rôles laissant les maîtresses et les maîtres enseigner la politesse, les règles de la société ou encore les apprentissages de la propreté et des gestes du quotidien ou encore en se simplifiant la vie en n'habillant son enfant qu'avec des pantalons élastiqués pour ne pas avoir à leur apprendre à mettre une fermeture éclaire ou un bouton ou des chaussures à scratchs pour ne pas avoir à leur apprendre à faire des lacets.... On a aujourd'hui un retour dans les programmes à des leçons de citoyenneté qui ressemblent plus à des leçons de morales des premières années de l'école où celle-ci se donnait le droit d’éduquer en plus d'instruire et le plus souvent par le biais de la religion comme à de nombreuses époques historiques que ce soit n'importe quelle religion dans n'importe quel pays de Christophe Colomb en Amérique en passant par l'Europe ou les pays arabes.

     

    L'enfant fait partie d'une famille il va donc devoir prendre en compte les besoins et le rythme de la famille même si celle-ci va tenter également de prendre en compte son rythme et ses besoins d'enfant, il n'est pas un roi.

     

    Le parent s'il n'a pas le rôle "d'enseignant' (ou d'"éducateur" selon la pédagogie Montessori), s'il ne présente pas de méthode pédagogique spécifique, de programme spécifique ou de matériel spécifique à une pédagogie alternative, il reste tout de même au coeur des apprentissages de l'enfant mais n'en demeure pas l'acteur principal ni le détenteur des connaissances à transmettre comme c'est le cas à l'école ou dans certaines pédagogies alternatives.

    L'enfant reste le seul acteur de ses apprentissages, il est autonome dans ses choix. Le parent a nénamoins un rôle primordial dans ces apprentissages autonomes:

    - il demeure souvent le déclencheur direct ou indirect d'une envie de l'enfant et propose des activités diverses et variées pour nourrir cette envie

    - il entoure l'enfant d'un environnement riche lui permettant de se poser des questions et d'éveiller sa curiosité

    - il est l'observateur principal de l'enfant et de ses progrès dont il doit référer lors des contrôles académiques mais aussi au quotidien en encourageant l'enfant et en répondant à ses demandes et ses besoins

    Pour ma part, le parent doit aussi connaître les attendus de l'inspection pour pouvoir mieux observer son enfant et faire un parallèle entre les deux favorisant une communication constructive. Cela lui permet d'une part de se rassurer vis-à-vis des contrôles et de se sentir plus sûr de ses choix. Je rejoins sur ce point les parents qui disent que ce n'est pas l'enfant qui doit être préparé au contrôle mais le parents pour que celui-ci se passe bien. Le parent doit connaître les lois, informer l'inspection de ses attentes par rapport au contrôle et savoir partager ses observations pour démontrer qu'il y a progression et instruction quelque soit la méthode ou pédagogie utilisée. Il doit aussi apprendre à imposer ses choix d'instruction ce qui demeure également une autre grande bataille parfois très personnelle qu'il faut travailler (confiance en soi etc).

     

    ***************

     

    Connaître les attendus des cycles permet aussi de savoir où en sont les autres enfants du même âge et je trouve cela important pour deux raisons principales:

    - d'une part nous exigeons souvent plus de nos enfants parfois même inconsciemment en comparant nos apprentissages au même âge ou en écoutant notre famille nous les citer ("à son âge tu savais déjà ça" ou "à notre époque..." ou encore "tu as vu aux infos ils ont dit qu'on est les plus nuls des pays européens en français..." ) ce qui peut engendrer du stress et de la peur en se disant que notre enfant n'apprend pas assez de choses ou assez vite ou n'est pas assez curieux.... Parallèlement on se rend compte en général en regardant les programmes que notre enfant en sait souvent plus grâce à la vie quotidienne (le système décimal car il connait sait rendre la monnaie, les nombres négatifs car il sait les étages en sous-sol etc...)  mais est-ce assez? Il y a toujours un doute qui crée de l'angoisse que ressent l'enfant

    - d'autre part, je trouve que ça aide à la socialisation de notre enfant car inévitablement il se retrouve confronté aux savoirs et connaissances des autres enfants scolarisés qu'il rencontre et si l'inspection ne doit pas comparer les enfants en ief aux enfants scolarisés mais les enfants scolarisés eux ne se gênent pas pour le faire. Parfois l'enfant est valorisé parfois il est au coeur de moqueries. Expliquer à son enfant ce qu'apprennent les enfants de son âge permet de lui faire comprendre ce qu'il n'a pas encore découvert certes (ce qui peut être une motivation pour la suite aussi) mais aussi tout ce qu'il sait d'autre que les enfants ne savent pas forcément soit parce que c'est une passion que l'enfant a, soit parce qu'il est en avance pour de multiples raisons (l'anglais grâce aux voyages de la famille par ex) ...

    Cela laisse du coup une meilleure assurance à notre enfant qui ne se sent pas si nul face aux autres et qui soit peut se défendre lui-même en argumentant et trouvant d'autres exemples pour contrebalancer ce qu'il ne sait pas encore (au passage c'est une des compétences du cycle 2) soit préférer ne pas relever sans pour autant se déprécier.

    Il en va d'ailleurs de même pour le parent qui doit accueillir les émotions de son enfant face à ce genre de situations quotidiennes. Bien évidemment il n'existe pas autant d'écart avec les enfants scolarisés lorsque le parent ief choisit des pédagogies plus proches du système scolaire avec un programme précis qui fait que leur enfant se trouve quasiment au même niveau que les autres d'autant plus si le parent préfère totalement le formel et suit les livres scolaires ou fait des cours par correspondances.  Dans les apprentissages autonomes ces écarts sont d'autant plus voyants que l'enfant peut entrer dans la lecture ou l'écriture très tardivement vers 9 ou 10 ans ce qui cause réellement problème pour communiquer avec l'inspection qui elle demeure en attente d'objectifs à atteindre en fonction d'âges avec sa nouvelle circulaire priorisant les cycles et non le socle commun selon la loi.

    C'est donc par la vie quotidienne que l'enfant apprend. Néanmoins les "apprentissages autonomes" ne signifient pas des apprentissages "seuls" sans matériel, sans jeux éducatifs, sans adultes pour apporter des réponses aux questions, ou pour proposer des activités intéressantes dans les envies du moment et autonome ne veut pas dire "décider de tout sur tout". L'enfant est régit par les mêmes règles de respect de la société que les autres, il n'a pas le droit de toucher un tableau dans un musée même s'il en a très envie... Cela ne veut pas dire non plus que le parent ief ne fait rien, ne prépare rien. Il crée un environnement favorable aux apprentissages de son enfant, il propose des choses qui vont ou pas attiser la curiosité de son enfant, l'aider à faire des parallèles, utiliser des notions importantes via la vie pratique, trouver du matériel ou des jeux, des petits exercices qui vont l'aider là où il a des difficultés aussi car comme tous les enfants il y a des matières dont il rencontre plus de difficultés de compréhensions.

    C'est d'ailleurs comme cela que le parent ief se retrouve à faire des recherches internet en soirée tardive afin de trouver par quel moyen il pourrait présenter un sujet qui tient à cœur à son enfant en partant de la manière la plus simple pour ensuite voir avec lui s'il souhaite aller plus loin et faire des recherches ensemble. Même avec un BAC+5, il y a toujours des questions posées par son enfant auxquelles on ne peut répondre de suite,  faire des études de haut niveau ne permet pas d'être assuré de pouvoir répondre à toutes les questions de son enfant...

    Vous ne saurez pas forcément le nombre exact d'étoiles dans notre galaxie ni la quantité d'eau dans un océan ni même les différents processus de fabrication d'une pile pour son jouet ou encore la quantité de microbes dans l'eau de l'aquarium de ses poissons....

    Vous ne savez pas non plus qu'en parlant de microbes dans l'eau des poissons vous allez finir par parler et découvrir ce que sont les nitrates et les nitrites ni que vous allez parler de molécules et d'atomes alors que dans votre tête vous aviez pensé parler de bons et de mauvais microbes et de maladies et de flore intestinale mais que votre enfant lui n'en n'a rien a faire pour le moment mais qu'il a envie d'en savoir plus sur le cycle de l'azote qui finira pas vous faire découvrir la photosynthèse ou je ne sais quoi encore et faire des expériences sur la respiration des plantes et que là tout compte fait votre enfant va finir par s'intéresser à la respiration du corps humain qui va vous conduire à parler des différents systèmes du corps humain dont le système immunitaire !!! ... 

    Vous ne savez pas forcément non plus qu'en vous rendant à une fête de terroir dans un village réputé comme l'un des plus beaux de France et où vous avez vaillamment trouvé une jeu de piste pour découvrir ce qu'est une cité médiévale que votre enfant va lui se passionner par le spectacle de danse de quadrille et qu'il demande à apprendre cette danse....

    Certains parents vont avoir confiance en leur enfant sans ressentir la nécessité de savoir où ils en sont dans leurs apprentissages et laisser libre court à la vie quotidienne, d'autres vont avoir besoin de noter quelque part les activités afin d'être plus rassurés, d'autres vont encore aller plus loin dans l'observation et l'analyse car s'il y a autant d'enfants différents il y a aussi autant de parents différents et donc d'instructions différentes. La peur des contrôles tient aussi une part importante dans la vision de cette instruction. Certains inspecteurs sont très ouverts et ne font aucun exercice aux enfants lors des contrôles respectant la demande des parents, d'autres ont besoin de plus, de remplir leurs feuilles, de notifier des choses d'eux-même ce qui se comprend également, le tout étant de pouvoir arriver à une entente qui permettent de rassurer les deux parties... 

    Personnellement je fais partie des parents forts stressés par les contrôles notamment depuis les derniers discours de notre Ministre de l'Education, surement du à un défaut professionnel... Je me rassure donc en observant de près les apprentissages de mon fils en les notifiant dans un journal de bord qui me rassure quant à la possibilité de pouvoir argumenter si nécessaire lors du contrôle. Je réalise un projet pédagogique (et non éducatif) qui retrace nos choix de l'année écoulée et notre situation ainsi que les apprentissages de notre fils avec plein de photos qui fait une trentaine de page au final afin de bien préparer le contrôle. Le jour-j je présente également un "rapport d'activités" de l'année en cours retraçant plus en détail les livres lus, les notions de conjugaison ou grammaire abordé, les maths... Cette année, j'ai choisi de reprendre les compétences attendues du cycle 2 et de faire une liste en parallèle de nos découvertes dans chacune des compétences permettant à l'inspectrice de mieux comprendre notre démarche quotidien.

    Afin de me rattraper du peu de production du blog ces derniers mois je vous laisse digérer ce BIG article sur mes ressentis personnels qui se rapprochent peut-être des vôtres ou pas puisque chacun de nous et de nos enfants vit l'ief à sa manière...Je vous retrouve bientôt pour vous partager les grandes lignes de notre projet pédagogique et de notre rapport d'activités annuel dans un prochain article ainsi que les outils et techniques que j'utilise au quotidien pour ceux qui auraient envie d'en savoir plus.  A très bientôt !

     

     

     

     

     

    « L'eau à l'état solide: pourquoi un glaçon est-il blanc à l'intérieur et transparent à l'extérieur?Notre projet pédagogique pour le contrôle académique: exemple d'écriture »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Cerina
    Samedi 19 Mai à 06:39
    Bravo
    2
    Evolet
    Dimanche 20 Mai à 07:28
    Bonjour, je suis très heureuse de découvrir votre blog. c'est toujours agréable, rassurant, inspirant,de lire des témoignages de unschooling.
    J'ai moi même 4 enfants en unschooling de 8 ans( ce1), 6 ans (CP), 3 ans et 10 mois.
    Et je suis très intéressé par votre façon de préparer votre inspection car je compte mettre moi aussi en place pour les années suivantes un dossier pédagogique.
    Néanmoins je souhaiterais revenir sur une phrase de votre article, j'ai moi même demandé confirmation à mon inspecteur cette année et il m'a assuré que non il n'y a avait pas à respecter les attendus de fin de cycle et qu'on devait toujours viser le socle commun à 16 ans. Je vous l'accorde du coup je ne sais pas trop à quoi sert ce fameux décret du coup mais bon moi ça me va comme ça et je me permet de le répéter à qui veut l'entendre car la situation sans le monde du unschooling n'es vraiment pas claire depuis oct 2016.
    Au plaisir de vous lire de nouveau.
    Stéphanie
      • Dimanche 20 Mai à 23:51

        Bonjour, oui en effet normalement les attendus de fin de cycle sont là pour aider les inspecteurs à se positionner pour déterminer la progression de l'enfant par rapport à l'école mais l'enfant en ief n'est pas tenu de les respecter selon les choix pédagogiques des parents. Ce n'est pas toujours évident à argumenter vis à vis de l'inspection pourtant on est d'accord un décret n'est pas une loi et l'interprétation joue beaucoup.... Le dossier pédagogique permet de garder une trace pour les deux parties surtout lorsqu'il y a plusieurs enfants cela permet d'une année à l'autre de voir la progression de l'enfant et je trouve cela rassurant car il sert de référence. Même en 3h de contrôle l'inspecteur est loin de tout découvrir de l'enfant et ne peut percevoir l'enfant tel qu'il est et tel qu'il évolue, le dossier pédagogique fait par leur parent est plus fidèle et permet aussi lorsqu'il est envoyé avant de donner des pistes de travail à l'inspecteur. Le problème est que l'inspecteur ne peut tout vérifier par le contrôle et il doit aussi faire confiance au parent mais le fait de créer se dossier montre à l'inspecteur l'implication du parent et permet aussi d'ouvrir des rapport de communication en confiance.Ce n'est pas simple de faire découvrir un monde parfois totalement inconnu....

    3
    Evolet
    Lundi 21 Mai à 07:42
    Tout à fait d'accord, et d'autant plus que notre contrôle n'a duré qu'une heure pour deux enfants et que l'inspecteur n'a parlé quasiment qu'avec nous parents et la conseillère pédagogique au contraire n'a parlé qu'avec les enfants...
    Cette année je compte donc procéder plus en amont car les productions présentés au centre de la table n'ont quasi pas été consultées non plus...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :