• Loulou découvre la narration à sa façon...

    Nous avons commencé l'étude des registres et genres littéraires par la découverte des romans depuis l'an dernier. Loulou a découvert ce qu'était un narrateur, celui qui raconte l'histoire...

    Il a lu des romans où le narrateur était un personnage de l'histoire voir même le personnage principal comme dans les Aventures de Géronimo Stilton. Il a aussi découvert la narration en regardant ses DVD du Petit Prince. Beaucoup de romans qu'il a lu étaient racontés par un narrateur personnage principal de l'histoire. 

    Ces romans étaient intéressants car ils lui ont permis de découvrir la conjugaison à la première personne du singulier aux temps du passé. Il s'est ainsi familiarisé avec l'imparfait et le passé simple notamment dans les Géronimo.

    Ces récits l'ont beaucoup aidé à enrichir son vocabulaire grâce à la description. Il a appris à mieux détailler des images et des scènes qu'il pouvait observer. J'ai remarqué récemment lors de nos visites dans divers musées à quel point il pouvait à présent détailler avec un langage soutenu et spécifique ce qu'il observait. Nous l'avions déjà remarqué lors de la visite de l'inspectrice pour notre cp en avril dernier lorsqu'elle lui avait présenté une image à décrire en une phrase. Sa phrase était très longue et très bien construite, elle l'avait même complimenté.

    Depuis septembre, Loulou s'intéressait à un autre type d'écrit: la bande dessinée. Les illustrations, la composition lui apportaient une vision différente de la description qu'il pouvait lire dans ses romans.

    Récemment nous avons assisté à un spectacle théâtral poétique où l'histoire nous était présentée sous forme d'un poème. Des mots présentés les uns derrières les autres sans réelles phrases, accompagnés de blancs sonores, des intonations appelant au questionnement, à l'intrigue, à l'imagination laissant au spectateur toute la liberté d'imaginer sa propre description et interprétation de la scène.

    Loulou a semblé quelque peu perturbé au début même s'il s'est intensément pris dans l'histoire au point de lever la tête à chaque fois que le regard de l'artiste semblait regarder au loin pour observer un éventuel oiseau qui pourtant n'existait pas....

    A la sortie de ce petit spectacle, j'ai pensé qu'il n'avait pas forcément compris le travail de la metteuse en scène  puisqu'il n'y avait pas réellement de phrases et qu'en plus il y avait quelques mots et chansons chantées en polonais dont nous ne comprenions rien.

    Je me suis dit que le théâtre d’interprétation était encore peut-être un peu abstrait pour Loulou qui est très terre à terre avec une pensée bien scientifique pour voir les choses. Je ne sais pas réellement ce qu'il a pu retenir de ce spectacle d'inspiration de poèmes haïkus japonais dont nous avions découvert l'an dernier un livre magnifique (article ici) quelque peu déroutants de par leur composition.

    Il est parfois difficile de savoir si ce que l'on propose à l'enfant en ief semble être adapté, si l'on n'en demande pas trop, si l'on n'est pas à côté de la plaque. J'ai appris au fil des années à faire confiance en l'enfant, à le laisser s'imprégner de l'instant présent à sa façon sans forcément chercher à savoir ce qu'il en a retiré mais une petite voix est toujours là pour me dire est-ce suffisant? Est-ce bien?

    Hier soir Loulou m'a étonné... Il a trouvé un moyen de répondre à des questionnements auxquels je n’avais même pas pensé et qui lui ont permis de faire le lien entre la narration des romans et de ses dvd avec le spectacle poétique.

    Le spectacle théâtral ne lui a pas permis de comprendre toute l'histoire et aucun narrateur n'était présent pour commenter cette histoire. Il en est donc resté sur sa fin d'autant plus que la metteuse en scène avait spécifié que "nos questions doivent rester dans notre tête" et que si une devait sortir ce serait en chuchotant afin de ne pas déranger les autres. Loulou a donc gardé ses questions en tête jusqu'à en chercher le moyen d'y répondre par lui-même.

    Il a regardé trois fois le même dvd dans la journée, ça lui arrive souvent tant qu'une chose l'interpelle ou lorsqu'il adore certaines scènes qu'il va d'ailleurs mettre en répétition en utilisant les fonctions de la télécommande ou même mettre sur pose et dessiner la scène spécifique. Je n'y ai donc pas prêté attention sur le moment. Le soir Loulou vient me voir en me disant: "Tu sais avant de rendre le dvd à la bibliothèque je voulais être sûr de tout savoir et de tout avoir compris alors j'ai regardé l' autre version du dvd". Je me suis dit tiens c'est comme pour les puzzles quand il était petit, une fois qu'il le connait par coeur il le fait à l'envers, là il se met à regarder les autres versions comme j'avais déjà pu le voir certaines fois où il sélectionnait des passages en anglais.

    Cette fois-ci ce n'était pas la langue qu'il avait changé. Il voulait parler de l'audiodescription. Cette version en voix off qui permet aux aveugles et mal-voyants de pouvoir découvrir l'histoire du dvd avec une version descriptive détaillée. Loulou s'est trouvé son narrateur pour dvd. Grâce à l'audio-description il avait l'impression de ne rien rater du film, juste au cas où....

    Les audio-descripteurs aussi appelés "traducteurs d'images" permettent d'analyser les images et d'en extraire le sens. Ils "oublient" les mots du script du film et en conservent uniquement le sens. Le spectateur prend alors conscience du sens du message passé dans l'histoire en perdant conscience des mots et des phrases du script qui accompagnent l'histoire. En fonction du temps imparti de description, l'audio-descripteur va alors faire un travail de priorisation en sélectionnant des éléments précis de l'histoire puis finira par un travail de reformulation concis et précis dans le choix des mots qu'il va utiliser pour décrire la scène du moment. C'est ce qui plaisait à Loulou, une autre façon de voir et d'écouter ce dvd, de découvrir cette histoire, un autre point de vue de l'histoire.

    Je lis souvent de nombreux questionnements de mamans sur les groupes facebook qui s'interrogent, tout comme moi d'ailleurs, sur les apprentissages autonomes et le fait de laisser l'enfant libre de ses apprentissages. Une amie m'a récemment prêté le livre d'Alan Thomas et d'Harriet Pattison intitulé "A l’école de la vie" sur les apprentissages informels sous le regard des sciences de l'éducation.. Ce livre est vraiment très intéressant.

    La rentrée a été très difficile pour nous et je n'ai pas fait autant de choses que je le souhaitais dans mon programme prédéfini malgré le fait que celui-ci soit restreint et prennent en compte déjà une grande partie de matières en informel. J'ai pu me rendre compte que malgré tout Loulou continue ses recherches et questionnements sans mon intervention du moins sans une intervention prédéfinie et programmée. Nos ballades, nos découvertes, les expositions auxquelles nous assistons avec grande curiosité permettent d'enrichir tout autant les apprentissages de Loulou même pour les notions importantes de maths et de français. 

    J'ai donc décidé de lui faire plus confiance dans ses apprentissages cette année et d'accepter que je ne connaîtrai jamais la totalité de ce qu'il apprend et que je ne maîtriserai pas non plus tous ses apprentissages puisque parfois je ne sais même pas qu'il a découvert ou appris quelque chose et que c'est seulement par la suite que j'arrive à faire le lien entre différents apprentissages et notions. Je ne vais pas pour autant abandonner les pédagogies alternatives qui me tiennent à coeur comme Montessori, Masson ou Reggio mais je pense que je serai moins exigeante cette année en terme d'attentes notamment d'attentes de résultats et d'acquisitions qui me rassurent MOI. Je vais par contre entamer un travail d'observations non invasives plus poussé  de ses apprentissages car même en jouant il fait appel à des notions importantes qui me permettront d'argumenter auprès de l'inspectrice de notre entretien sur la progression des apprentissages de Loulou et de me rassurer. La réception de notre rapport du contrôle m'avait beaucoup  angoissé et détourné de notre objectif principal. Le fait d'avoir une liste d'attendus et d'acquis sur une année précise m'avait stressé et j'ai naturellement dévié vers la réponse à ces attentes afin de me rassurer pour le prochain contrôle. C'était sans compter sur la participation de Loulou pour me rappeler que l'ief ce n'est pas l'école ni les programmes de l'Education Nationale, c'est l'apprentissage de la vie.

    L'ief n'est jamais figée, elle évolue tout autant que les apprentissages de l'enfant et de la vie au quotidien. La remise en question est nécessaire pour mieux avancer. J'ai réalisé que je devais faire plus confiance à mon fils dans ses apprentissages et que je devais aussi apprendre à ne pas tout maîtriser même si cela me rassure pour la vision de son avenir et pour un avenir plus proche, celui des contrôles pédagogiques surtout en ce moment que les premiers courriers et contrôlent commencent...

    L'ief permet aux enfants d'apprendre à leur rythme et de ne pas coller aux attentes de l'Education Nationale par année ou niveau mais bien au socle commun. Nous avons fait le choix de lui laisser le temps et la liberté d'apprendre mais parfois notre quotidien, notre entourage de par ses réflexions, nous pousse à réclamer des attentes et une remise en question est parfois nécessaire pour retrouver nos valeurs et nos priorités. A présent lorsque j'observerai Loulou en train de regarder un film en audio-description je me dirai tiens, il est entrain de travailler son français, ce qui l'aidera dans la lecture de ses prochains romans ou encore lors de nos visites au musée, au théâtre ou pourquoi pas lors d'une rencontre avec une personne aveugle ou mal-voyante...

    Aujourd'hui j'ai partagé un article sur la narration avec vous simplement grâce à la version audio-description d'un film pour enfant en dvd.... je n'ai pas de photos, pas de matériel spécifique à présenter, pas de méthodes à suggérer et pourtant mon fils a appris des choses et continuera à en apprendre encore grâce à sa curiosité, à son envie de découvrir le fonctionnement des choses, à réfléchir et à s'interroger sur le monde qui l'entoure, ce monde dans lequel il va devoir grandir, vivre et s'adapter.

    J'espère que si des mamans se posent beaucoup d'interrogations sur leur capacité à faire l'école de la maison, elle auront vu par ce témoignage que leurs capacités ne suffit pas et ne font pas uniquement les apprentissages de leurs enfants. Il faut faire confiance à son enfant, il apprend tout le temps même quand on en n'a pas l'impression, il faut profiter de ces moments si précieux. La remise en question est nécessaire pour avancer mais elle ne doit pas mettre en avant que nos difficultés et nos impressions de ratés car il y a toujours du positif même si nous ne le percevons pas en temps réel....

    Il peut y avoir des périodes avec de grands apprentissages et parfois de manière assez formelle mais il peut y avoir aussi des moments où rien ne se passe réellement ou du moins nous donnent cette impression car en réalité l'enfant apprend tout le temps seulement nous ne pouvons pas toujours observer les moindre détails d'une journée et décrypter des choses qui nous paraissent juste normales.... A force de chercher à notifier tous les apprentissages et à les décortiquer et les lister on finit par ne plus voir l'essentiel. On se dit que l'on n'a pas encore abordé telle notion de telle manière et il se trouve qu'elle est parfois déjà en cours d'acquisition naturellement chez l'enfant grâce au quotidien. Certains parents vont jusqu'à penser que l'enfant peut apprendre en étant totalement libre de ses apprentissages sans forcément intervenir ni proposer quoique ce soit mais juste en étant présent, en offrant un environnement ouvert à la curiosité de l'enfant et en répondant à ses questions. 

    Nous tendons de plus en plus à laisser cette vision de l'ief nous accompagner dans nos apprentissages néanmoins si elle demeure de plus en plus présente, elle ne l'est pas à 100% car notre vie au quotidien est encore trop remplie de contraintes pour offrir un environnement propice aux apprentissages totalement autonomes de notre Loulou. Cela nécessiterait une plus grande remise en question de tout notre mode familial... Peut-être qu'un jour nous aurons nous aussi envie de ce mode d'instruction plus libre à la maison ou peut-être même que nous irons encore plus loin dans notre réflexion et que nous chercherons peut-être aussi à parcourir le monde en sac à dos ou camping-car et vivre à 100% cette instruction au niveau familial.... En attendant nous allons simplement profiter de ces moments présents qui sans que l'on s'en rendent comptent font aussi partie de l'instruction de notre enfant.

    « A la découverte du cirque: les métiers de l'ombre et la scèneDéfi Musées chez nous aussi »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :