• Pour le mois de juin, nous allons travailler sur les légumes avec la lecture du livre "comment ça pousse?". J'ai donc profité de réaliser divers documents pour découvrir les légumes....

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Il y en aura sûrement d'autres par la suite car ce thème intéresse tout particulièrement loulou et nous n'avons pas encore lu le livre donc j'attends aussi ses demandes.

    Pour le moment j'ai réalisé en pâte durcissante les légumes présentés dans le livre avec les huit familles de légumes.

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    J'ai peins et vernis ces petits légumes de 6 cm maxi et organisé une boite de rangement (trouvée à cultura, j'ai mis du carton plus pour les séparation et collé les étiquettes avec de la pâte à fixe) afin qu'il puisse par la suite les trier lui-même ou que l'on puisse mieux les découvrir famille par famille.

    J'ai acheté également un petit cadre en bois où j'ai déposé un carré de feutrine de la couleur de la terre pour symboliser un potager.

    J'ai réalisé des cartes de familles de légumes pour qu'il puisse découvrir chaque famille dans son potager ou s'en servi comme plateau pour faire un tri avec la boite.

    La feutrine servira par la suite à savoir quels sont les légumes qui poussent dans le sol comme les légumes racines (que nous disposerons dessous la feutrine) et les légumes qui poussent sur le sol par exemple.

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Pour commencer cette découverte j'ai donc réalisé une feuille par catégorie de famille de légumes (une avec des photos pour l'auto-correction et une avec des cartes photos à disposer dessus). J'ai repris uniquement les légumes présents dans le livre, on verra les autres par la suite...

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Chaque famille de légume dispose d'une couleur qui permet aussi de faire des tris avec les cartes photos (pour cela il faut tout simplement coller une gommette de couleur sur la feuille des familles et une derrière chaque carte photo).

    J'ai réalisé aussi un jeu d'associations en reprenant les cartes photos connue et en ajoutant une photo plus en détail du légume (souvent coupé en deux pour voir l'intérieur ou une partie spéciale montrant le caractéristique de sa famille).

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Nous nous intéresserons aussi à deux légumes spécifiques.

    Comme chaque année loulou va bientôt récolter ses tomates cerises sur son balcon, j'ai donc réalisé le cycle de la tomate pour voir son développement plus en détail. Comme je fais partie d'un groupe de maman s'échangeant des swaps j'ai réalisé ce travail en double et offert un petit cadeau à faire pousser pour observer le cycle des tomates. Vous pouvez trouver ces petits sachets en toile tout prêt en jardinerie, de toute taille si vous n'avez pas envie d'acheter tout séparément. Ça prend peut de place et les enfants adorent observer et déguster! 

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Nous terminerons par un petit poème que j'ai trouvé sur les choux avec ce document:

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

    Le livre "Comment ça pousse?" et les huit familles de légumes

     

     

    Vous trouverez ci-dessous tous les documents que j'ai réalisé:

     

    étiquettes io légumes pour boite

    étiquettes io légumes pour plateau de tri

    familles io légumes

    association io légumes

    cycle tomate io légumes

    choux io légumes

     

     Vous pouvez trouver d'autres inspirations sur les légumes à partir de mes documents sur le blog de mon amie Anaïs qui s'est laissée tentée par le potager elle aussi ...

    Montessorimaispasque... autour des légumes

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    13 commentaires
  • J'ai suivi le projet d'ouverture de cette école Montessori depuis le début. Je pensais y inscrire Loulou dès ses trois ans. L'ief nous a tendu la main et nous avons préféré notre totale liberté...

    Nous avons tout de même assisté à tous les ateliers du samedi matin durant trois années du premier jusqu'à Noël dernier où Loulou a désormais fait le tour de l'ambiance 3/6.

    Une chance pour nous car ces ateliers étaient parfaits dans une ambiance d'un calme olympique et d'une grande concentration pour chacun des Loulous avec une super éducatrice, merci Amélie... Cela m'a permis également de pouvoir bénéficier de présentations et aussi de leur matériel Montessori que je n'avais pas à la maison...

    Les loulous ont beaucoup de chance d'avoir une équipe aussi à l'écoute de leurs besoins qui est formée Montessori, Communication Non violente et bien évidemment d'une grande bienveillance à l'égard des enfants et de leurs parents.

    La mise en place n'a pas été simple notamment la recherche de locaux mais aujourd'hui ils ont tout ce qu'il faut pour bien grandir dans des locaux spacieux, lumineux et un espace jardin rien que pour eux...

    De nombreux bénévoles partagent la vie de cette école depuis sa création et accompagnent celle-ci toujours plus loin que ce soit au quotidien ou de manière plus ponctuelle avec des spectacles, marchés, activités jardinage, artistiques ect...

    Chaque année l'école s'agrandi et offre de nouvelles possibilités, elle est aussi source de changements et de nouveaux horizons pour certains... l'équipe pédagogique va donc à la rentrée prochaine remplacer deux éducatrices et recherche donc activement deux nouvelles personnes aussi investies qu'eux dans ce projet d'école auprès des enfants. J'en profite donc pour leur ouvrir un petit billet spécial!

    L'équipe recherche :

    - un(e) assistant(e) ou éducateur(trice) Montessori 3/6 ans, expérimentée, pour travailler avec Martin et Amélie, éducateurs Montessori à mi-temps chacun, au sein d'une ambiance d'une vingtaine d'enfants.

    - concernant le remplacement de Sophie (créatrice de l'école et éducatrice 6/12), deux profils pourraient convenir. En priorité, un(e) éducateur(trice) Montessori expérimenté 6/9 ou 6/12 ans. Mais pourrait également correspondre au poste un enseignant ayant déjà travaillé à l'aide de pédagogies coopératives (3e type, Freinet, pédagogie institutionnelle...), de préférence en multi-niveaux.
    La taille du groupe sera plus réduite qu'en maternelle, et amenée à se développer au cours des prochaines années avec l'arrivée des enfants de notre groupe 3/6 ans.

    N'hésitez pas à partager autour de vous, nous habitons une superbe région avec batailles de boules de neige en hiver et ballades rafraîchissantes en forêt ou au bord du Doubs l'été. Nous avons la chance d'avoir une ville assez grande pour y bénéficier d'activités artistiques, culturelles et historiques très diverses et variées tout en ayant la chance de trouver également une grande forêt et des animaux en pleine nature à 5 minutes de l'école ainsi que plein d'autres  merveilleux endroits pour observer la nature... Bon d'accord y a juste la gastronomie qui n'est pas très weigth weigth: comté, escargots, mont d'or, saucisses de Morteau, de bonnes fondues en hiver et pour les enfants la bonne limonade et les sirops artisanaux Rieme avec le légendaire sirop de sapin et du bon miel pour se réchauffer dans la tisane les soirs d'hiver et on est à une heure de la Suisse et de son bon chocolat... Bon avec tout ça j'espère que je vous aurez motivé à venir nous voir et postuler !!!! ou partager !!!!!

    Vous pouvez les contacter en cliquant sur le lien du site ci-dessous:

    Ecole Montessori Grandir Ensemble

    Ecole Montessori Grandir Ensemble de Besançon

    Merci beaucoup

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Afin de mieux observer les racines et le développement des fleurs Loulou aime bien les faire pousser hors sol dans l'eau, nous avons déjà essayé les avocats, crocus, tulipes, jacinthes.... Cela se nomme la culture hydroponique. Pour de grandes cultures il faut pouvoir faire circuler l'eau afin de lui donner un cycle car l'eau stagnante apporte un changement dans sa composition. Pour notre part, nous avons choisi un vase creusé au lieu de verres en verre transparent car le bulbe est beaucoup plus gros, des cures-dents pour maintenir le bulbe à la surface (juste posé sur l'eau) et un changement d'eau régulier (environ tous les trois quatre jours puisque c'est une plante qui ne sera pas à consommer donc nous avons fait le minimum...) avec une culture uniquement en intérieur.

    Au bout d'une semaine environ les premières pousses sont sorties, au bout d'une quinzaine de jours cela avait déjà bien poussé, les tiges ont pris de la hauteur et de la couleur.

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Bien évidemment les racines se sont elles aussi bien développées on en aperçoit aussi en surface qui cherchent à descendre dans l'eau...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Les tiges deviennent plus larges et se dédoublent, certaines s'ouvrent , les feuilles apparaissent...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    La première fleur fleurit en notre absence un we....

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Les tiges sont de plus en plus longues et lourdes nous décidons de trouver un autre vase à notre arum qui soit plus haut, il mesure un mètre, la plante pousse très haut! ...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Cette fois-ci notre arum à la taille d'une plante à arroser normalement nous lui donnons des billes d'eau à la place de la terre et ajoutons un peu d'eau tous les deux trois jours...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Notre arum continue de pousser...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    Les feuilles s'ouvrent..

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    La fleur devient très jaune...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

    On attend avec impatience la suite...

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

     

    Nous n'avons rien ajouté dans l'eau, nous n'avons donné que de l'eau du robinet, la plante est majestueuse pourtant elle n'a que de l'eau...

     

    Nous avons regardé également ce petit documentaire:

    la culture hydroponique 

     

    Nous sommes allés plus loin avec la découverte de l'aquaponie:

    L'aquaponie en ville

    L'aquaponie en serre

     

    Et voici un tuto pour ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure à moindre coup avec un aquarium à la maison, un projet que nous aimerions bien réaliser un jour:

    L'aquaponie avec un aquarium

     

    Notre arum continue de pousser....

     

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

     

    Un peu de culture hydroponique avec un bulbe d'arum

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Cela fait déjà un moment que j'aimerais parler plus en détail de la façon dont un enfant accueille ses émotions et les transmet avec son corps car je lis beaucoup de témoignages sur fb de mamans un peu perdues faces aux réactions de leurs enfants et au regard des autres.

     J'ai la chance de pouvoir exercer un métier que j'adore à mon domicile tout en pouvant pratiquer l'ief avec mon fils sans avoir à choisir entre les deux. Cela nécessite beaucoup d'organisation, d'observation, un certain recul également et une prise en compte de chaque individu dans notre foyer en tant qu'être à part entière avec sa propre histoire, ses besoins, ses désirs, ses attentes et surtout sa place spécifique au coeur du foyer.

    Depuis que Loulou est né, il est immergé dans ce mode familial un peu différent qu'il retrouve également chez mes beaux-parents puisque ma belle-mère exerce elle aussi le même métier. Mon fils est né dans une famille qui accueille d'autres enfants qui eux pour diverses raisons ne peuvent ou ne veulent plus vivre dans leur propre foyer. Ces enfants arrivent avec une histoire qui leur est très personnelle et ont besoin d'un accompagnement bienveillant pour continuer de vivre en toute sécurité physique et intérieure. Ces enfants suivent donc le rythme de notre famille, nos habitudes, nos découvertes et viennent agrémenter celle-ci aussi avec leurs passions, leurs envies et parfois aussi leurs chagrins, leurs peurs, leurs angoisses.... Chacun apprend d'une manière ou d'une autre à se faire confiance, à se consoler et à continuer de vivre avec les joies et aussi les peines.

    J'ai exercé ce métier avant que mon fils ne naisse, la relation de l'adulte bienveillant envers l'enfant est essentielle pour accompagner celui-ci, même si l'on essaye de communiquer de différentes manières car parfois les mots ne suffisent pas, nous pouvons partager sa peine, ses angoisses ect mais nous ne pouvons pas toujours les ressentir aussi intensément qu'un enfant. Une chose banale pour nous peut en fait être un torrent d'émotions chez l'enfant sans forcément que l'on s'en rende compte.

    L'enfant lui, est une vraie éponge, il ressent des choses que nous ne percevons pas toujours en tant qu'adultes... 

    Les enfants communiquent entre eux sans forcément avoir besoin de parler...

    Il arrive parfois que la rencontre avec certains enfants soit un torrent d'émotions intérieures qui va par la suite se "matérialiser" par l'enfant de plusieurs façons sans forcément que ce soit sur l'instant. Que ce soit de l'agitation inhabituelle, une grosse colère "pour un rien" ect l'enfant fini par cumuler un stress qu'il va devoir à un moment donné extérioriser avant de pouvoir revenir à la normale et reprendre son petit quotidien.

    Nous sommes partis dix jours en vacances en famille, j'ai pu remarquer que l'inconnu et la nouveauté étaient sources d'angoisse pour l'enfant que j'accueille, mon fils l'a de suite remarqué également et malgré le fait que celui-ci ait deux fois son âge il lui a donné la main à plusieurs moments alors qu'il ne le fait jamais habituellement lors de nos sorties.

    Le LAND-ART est un moyen d'expression que nous découvrons en ce moment. Mon fils s'est fait lui même un petit LAND-ART au retour d'une visite sur la préhistoire où il avait ramassé des petites trouvailles et demandé à compléter sa collection d'objets spéciaux.

     

    Le langage des émotions entres enfants

     

    Une fois terminé, il est venu me demander de faire une photo pour le garder en souvenir et le revoir si besoin. Pour lui le LAND-ART est bien éphémère, il s'exprime à un moment donné et en garde le souvenir généralement avec une photo que je prends et qu'il sait pouvoir me redemander si besoin.  On peut voir que la base de son LAND-ART est plus importante que le reste qui tend à s'ouvrir en diverses possibilités, elle est aussi réalisée avec un caillou solide comme si celui-ci était enraciné, ancré. On ressent une certaine stabilité intérieure, il semble savoir où il va, ce qu'il veut comme un triangle dont la pointe donnerait la direction à suivre avec une base solide et se laisse également la possibilité de s'ouvrir au monde extérieur (feuille de lierre, plusieurs directions possibles, possibilité de choix...) Le tout semble former un bonhomme ce qui pourtant selon Loulou n'en n'est pas un (" tu vois bien qu'il n'y a pas de bras ni de jambes maman! ") ... Les spirales donnent l'impression d'une vision d'un monde extérieur ( pierre de quartz violette aux mille éclats, aux milles possibilités, aux milles curiosités.... un monde tellement vaste (spirale) qu'il faut forcément choisir et découvrir ces possibilités au fur et à mesure (feuille de lierre éphémère, fragile) pour n'en garder que quelques possibilités (feuille dentelée...). 

    Bien évidemment cette interprétation n'est absolument pas une analyse psychologique mais juste une interprétation artistique de ce que j'ai ressenti en l'observant attentivement et de par ce que mon fils a bien voulu exprimer avec ses mots, il reste bien évidemment le seul à véritablement savoir ce qu'il a eu envie de partager.

    Le LAND-ART est pour moi un des CENT LANGAGES de la pédagogie Reggiane qui permet à l'enfant d'exprimer ses ressentis. Il est aussi un moment de partage d'une partie de soi, une façon de communiquer autrement des choses que l'on ne sait pas, ne peut pas pou ne veut pas dire avec des mots...

    De retour à la maison chacun a conservé ses petits trésors. Pour mon Loulou ils sont encore quelque part et n'ont pas trouvé leur place, il sait qu'ils ont été mis dans les bagages et n'a pas besoin de vérifier et lorsqu'il les voudra il me demandera où je les ai rangé tout simplement.

    Pour l'enfant accueilli, ils ont trouvé de suite une place bien précise, protégés dans une boite en carton. Tous d'abord déposés précieusement les uns à côtés des autres ils sont désormais "investis" et "pensés" au retour des vacances alors que pendant celles-ci ils n'ont été qu'observés de près et conservés avec précaution.

    Il a réalisé son LAND-ART à la maison sans que je m'en aperçoive, juste par envie et sans attente de ma part: sous forme d'un cercle concentrique rassemblant deux couches de coquillages avec un énorme coquillage au centre (une coque). Est-ce par envie personnelle? Après observation de celui de mon fils pendant les vacances? Par sentiment de sécurité au retour à la maison lieu de sécurité intérieure avec ses habitudes ect... ? Je n'ai pas demandé, j'ai juste observé que les petits trésors avaient trouvé une place particulière... En regardant de plus près cela m'a évoqué une concentration d'émotions, comme si "l'artiste" montrait une envie de protection plus qu'une ouverture au monde, quelques morceaux d'ardoise n'ont pas encore trouvé leur place, ils sont à l'extérieur du cercle, peut-être n'ont-ils plus la même place qu'avant ou peut-être sont-ils nouveaux? Ce LAND-ART invite à plus de réflexion, de questionnement, il est beaucoup moins directif... Ce qui est sûr c'est que certaines choses semblent avoir plus de valeurs sentimentales, besoin d'être plus protégées, cachées bien à l'abri sous la coque centrale.... Finalement au bout de plusieurs jours le LAND-ART prend forme, il évolue, les idées se précisent... les émotions transpercent.... Sous le gros coquillage central se trouve le trésor précieux (une pierre de quartz violette comme celle de celui de mon mon fils), un trésors fragile à protéger, au coeur de toute l'attention.... Quelques jours plus tard les morceaux d'ardoises dispersés sont venus se coller sous le cercle créant une sorte de base venant se rajouter et formant un arc comme un sourire. Voici une semaine que nous sommes rentrés, le LAND-ART a trouvé sa place, il évolue mais il reste présent.. Il va peut-être évoluer encore au fil des jours, peut-être avec de nouveaux trésors ou il va peut-être être rangé, défait et retrouvé son caractère éphémère.... J'ai choisi de ne pas mettre de photos pour respecter la vie privée de l'enfant à travers sa création qui reste personnelle mais j'avais envie de partager avec vous comment l'état émotionnel profond d'un enfant peut aussi se matérialiser autour d'un des cent langages comme le LAND-ART et que les créations peuvent avoir une durée éphémère plus longues et ne pas être seulement à caractère artistique mais être un moyen d'exprimer ses ressentis autrement que par la parole dont on ne sait pas forcément trouver les mots justes...

    Les bases, la sécurité intérieure de l'enfant, le cadre sont important ils permettent à l'enfant de dépasser le besoin de concret pour aller vers l'abstraction, sans des bases solides il est beaucoup plus difficile de passer à l'abstraction aux cours de sa vie d'enfant, d'accepter l'éphémère, de garder le souvenir en soi qui permet d'aller plus loin sans forcément qu'il soit encore matérialisé à côté de soi et qu'il puisse être vu et touché si besoin...

    La différence est là... je sais qu'une fois avoir pris la photo du LAND-ART de mon fils à sa demande, il va passer à autre chose directement soit en laissant le LAND-ART de côté et en trouvant une autre activité soit en se le réappropriant d'une autre manière...

    Le langage des émotions entres enfants

    Ici il a choisit de passer du vertical à l'horizontal montrant encore une fois une sorte de direction , de chemin, de possibilités, de choix... (toujours une interprétation personnelle et non psychologique) ... je n'ai pas besoin de garder toutes ses trésors ramassés et de rapporter 1m² du sol du parc, de la forêt ou des vacances... il a bien évidemment des objets précieux, des petits trésors qui vont trouver une place dans un petit panier pour de futures créations mais il ne va pas s'accrocher à cette création de la même manière qu'un enfant qui semble manquer de base, de sécurité intérieure ou qui se retrouve dans une situation difficile à un moment donné. C'est en tout cas ce que je remarque au quotidien avec les enfants que je côtoie dans le cadre de mon travail.

    Au retour de nos vacances mon Loulou était particulièrement zen, il a découvert plein de choses, "communié avec la nature" en chaussettes, à grimper dans les arbres et à marcher dans les cailloux, à ramasser ses petits trésors, à fabriquer une fourmilière avec un tas de terre ect... A notre retour après avoir traversé la France d'un bout à l'autre dans sa plus grande longueur sous la pluie sans possibilité de se défouler réellement pendant le trajet même pour manger le midi on s'est posé chez mes beaux-parents pour la soirée et la nuit avant de rentrer à la maison. La journée avait été longue, fatigante mais zen...

    Là bas, il a rencontré deux nouveaux arrivants avec qui il a très bien joué même s'ils n'ont pas quitté leur ds ce qui sur le moment a tout de même bien excité Loulou qui lui s'est vu poser un cadre avec une limite de temps notamment pour l'écran durant la soirée. Sans soucis, il est passé à autre chose.

    De retour le lendemain il était heureux de retrouver sa maison, il s'est dirigé direct vers le dvd d'un dessin animé qu'il regardait tout petit et qu'il n'avait pas vu depuis longtemps ce qu'il fait généralement à chaque fois qu'il ressent le besoin de retrouver ses marques (retour de longs we ou vacances au point que l'an dernier il a fait des maths Montessori à notre retour de trois semaines de vacances entre 1h et 2h du matin pendant que nous sortions les bagages de la voiture). Il est revenu en arrière sur un moment qu'il a beaucoup aimé, un sentiment de sécurité intérieure lui permettant de se retrouver mais à la différence de d'habitude, au bout de deux trois heures sa chambre a subi un véritable tsunami! 

    Loulou a relâché tout le stress qu'il avait emmagasiné depuis la veille au soir et qui s'était installé dans sa petite tête, il avait su gérer le changement de lieu de vie, la nouveauté des vacances, le long voyage, mais cela lui a demandé des efforts intenses d'adaptation et donc un stress à gérer. Le fait de se retrouver face à deux enfants inconnus dont la situation familiale récente ayant été subitement très chamboulée sans préparation, sa carapace de sécurité intérieure a laissé passer une partie des intenses émotions intérieures actuelles des deux enfants. Il a "épongé" les ressentis forts des enfants sans que cela ne paraisse. En disséminant ses jouets partout dans sa chambre il a reproduit ce qu'il a ressenti: des enfants forcément "perdus" face à une nouvelle situation imprévue, un nouveau changement de vie, une multitude de questions sans réponses.... Il a donc fait le ménage dans sa tête tout simplement en se débarrassant d'un stress trop difficile à gérer, une angoisse de la séparation... Par la suite, après ce tsunami, il s'est posé et a réalisé un dessin inspiré du dvd de Vice-Versa qu'il adore. Il a dessiné toutes les îles qui étaient dans sa tête (sur le moment)... l'île des fleurs, du ballon, des formes, de la famille, de l'océan.... le tsunami a passé son chemin...

    Le langage des émotions entres enfants

    Retour au calme, il ne reste plus qu'à ranger la chambre....

    A la différence de ces enfants mon fils a su extériorisé puis se débarrasser de son stress et revenir au calme grâce à sa stabilité affective, sa sécurité intérieure, la base de ce que nous lui donnons tous les jours et que les autres n'ont pas forcément et qu'ils trouvent dans les jeux vidéos. Comme n'importe quel enfant il peut avoir des moments d'excitation, de contestation ect car comme tous les enfants et tous les adultes il accumule du stress qu'il ne sait parfois pas gérer. S'il n'avait eu aucune réaction je me serais plus inquiétée car des enfants retirés de leur cocon familial sans manifester intérieurement des sentiments intenses c'est qu'il y a forcément un souci dans le lien parental tissé et d'un autre côté mon Loulou qui n 'exprime pas son stress en l'extériorisant (d'une manière ou d'une autre) cela voudrait dire qu'il ne se sent pas assez en sécurité dans son foyer pour s'autoriser sans peur à "exploser" et se "décharger" de ses émotions, ce qu'il ne fera pas forcément ailleurs du fait qu'il ne sera pas seul avec ses parents et qu'il n'aura pas forcément assez confiance aux autres personnes présentes et préférera cumuler son stress jusqu'à un lieu de sérénité.... Ce qui revient un peu à ce dont les parents disent souvent: "pourquoi il est comme ça avec moi alors qu'il ne le fait pas chez la nounou?". C'est une chose que j'ai bien comprise au début de mon métier. On se pose des questions, on se croit incompétente mais en fait on est LA sécurité de l'enfant qui s'AUTORISE à évacuer son STRESS, ce qui en général est très mal perçu par le regard extérieur qui se permet de vous juger sur votre mode éducatif... 

    L'importance du cadre permet aussi à l'enfant de se sentir en sécurité, de connaître les limites qui permettent de se rassurer et de comprendre le monde. C'est impressionnant de voir à quel point l'enfant d'aujourd'hui se sent perdu sans sa ds, ses jeux de console, son téléphone alors qu'il devrait l'être plus de ses parents.

    Est-ce qu'un enfant fait véritablement des caprices, des comédies, des colères? Ou est-ce qu'il exprime tout simplement à un moment donné un état de stress intense qu'il a besoin d'extérioriser mais dont il ne maîtrise pas la façon de le faire? Un enfant perdu dans sa tête peut-il réussir à l'école? Un adulte peut-il réellement comprendre ce qu'il se passe dans la tête d'un enfant? "C'est pas grave!" dit la maman en toute banalité "Si c'est grave pour moi!" aimerait bien répondre l’enfant....L'adulte rend banal des choses qui sont importantes pour l'enfant il ne le fait pas forcément intentionnellement... Plus on grandit plus on découvre que la vie n'est pas si simple, qu’elle peut être éprouvante, apporter de grandes souffrances physiques et morales, bien évidemment l'adulte relativise les petits maux de l'enfant comparés à sa journée, à sa vie, à la vie des autres, à ses enfants qui vivent dans des pays en guerre mais l'enfant lui n'est qu'un enfant, il n'a aucune idée de ce que peut être réellement l’Univers, la guerre, le terrorisme, les catastrophes naturelles... Ce n'est pas pour autant que ses émotions sont moindres et qu'il sait comment gérer un élan d'émotions qu'elles soient très joyeuses ou très tristes.

    Lorsque mon fils avait entre 12 et 18 mois il pleurait à chaque fois qu'il voyait un bébé pleurer à côté de lui... il était capable se se mettre à côté de l'enfant et d'hurler le plus fort possible jusqu'à ce que sa maman vienne voir l'enfant, j'avais beau me mettre près de lui et essayer de le consoler cela ne changeait rien, la maman une fois là il repartait direct à ses occupations... Caprice, colère, comédie? Ils commencent tous pas un c mais en fait ils n'existent pas réellement ils ne sont tous que Communication.... qu'un langage émotionnel.... Plus l'enfant aura un cadre sécurisant et bienveillant plus il se permettra de s'exprimer de diverses manières tout en prenant en compte petit à petit autrui et ses propres émotions, il arrivera ainsi à s'exprimer sans porter préjudice à autrui ni à lui-même parce qu'il a été accompagné dans ce sens, il a besoin de l'adulte pour l'accompagner dans cette démarche afin de le protéger lui-même et et protéger les autres. L'enfant ne doit pas se faire mal ou faire mal à quelqu'un d'autre même si la frustration émotionnelle ne lui permet pas de gérer seul, c'est l'importance du cadre car être bienveillant ne veut pas dire tout laisser faire.

    L'enfant bien élevé, bien éduqué n'est pas un enfant qui reste dans un coin sans bouger qui subit son environnement, rentre dans les cases que l'on a choisit pour lui et qui attend tout simplement le droit de bouger... L'enfant bien éduqué est un enfant vivant qui s'intéresse au monde, à autrui, à la façon dont le monde existe, se forme, se développe, il est curieux de la vie, curieux de communiquer avec autrui de tout âge, de toute personnalité. Il peut être agité voir turbulent suite à une grande émotions de joie, de bonheur qu'il a envie de partager, suite à une grande curiosité ou découverte... Il est un enfant heureux de vivre. Il peut être renfermé au premier contact, ne pas avoir envie de dire bonjour à un inconnu, ne pas avoir envie de s’ouvrir à un moment donné dans une situation donnée parce qu'il se sent mal à l'aise, fébrile, triste ou parce qu'il ressent une vive émotion de la part de la personne qu'il a en face de lui...

    Un enfant est un électron libre qui gravite dans un monde où il cherche sa place...

    Il n'a pas encore les capacités de comprendre les enjeux économiques, sociaux, politiques du noyau qu'est notre société, il gravite autour de celle-ci trouvant divers chemins à explorer et pourra un jour fusionner avec d'autres électrons afin de créer autre chose si l'adulte lui laisse le temps nécessaire à sa construction personnelle permettant cette interaction indispensable avec autrui sans lui en demander de plus en plus comme la société le fait avec nous...

    Il naît d'un atome pour un jour former une molécule grâce à son interaction dans le monde....

    Un enfant a besoin de s'exprimer via différents langages, il ne peut pas tout faire avec les paroles et les actes "acceptables" par notre société... bien évidement retourner sa chambre et tous ses jouets n'est pas "acceptable" au quotidien pour de multiples raisons.

    Mais il n'est pas nécessaire de blâmer ou punir ce comportement mais plutôt de l'accompagner dans une démarche de reconstruction qui permet de RENFORCER ENCORE  PLUS FORT les fondations de cette sécurité intérieure pour qu'une prochaine fois l'enfant puisse trouver lui-même ou en étant accompagné une autre possibilité de s'exprimer.

    L'enfant a le droit de dire que c'est difficile pour lui à un moment donné comme il a le droit aussi d'être écouté et accompagné en ce moment difficile cela ne veut pas dire qu'il n'a pas besoin d'un cadre et de limites bien au contraire elles lui permettent de savoir jusqu'où il peut aller ce qui va le rassurer, l'absence de limites angoisse... La chambre une fois rangée avec l'aide de maman est à nouveau toute belle, aucun jouet n'a été cassé car c'est une limite qu'il connaît et a déjà intégré plus petit... la vie reprend son court, Loulou a grandit un peu plus et maman a pu observer les limites de stress de Loulou... Une prochaine fois chacun s'adaptera à nouveau, sans qu'il y ait d'impression négative encore présente...

    L'important étant de toujours avoir envie de refaire les choses, de réessayer ENCORE car on n'y est pas ENCORE arrivé tout simplement...

    L'être humain est un être social d'une grande complexité et aussi unique et spécifique ce qui lui confère une grande valeur. Il ne peut vivre sans les autres mais doit aussi apprendre à vivre avec les autres tout en ne s'oubliant pas lui-même... la rencontre avec les autres est d'une grande richesse.

    En relisant le nouveau décret sur le socle commun je me dis que notre situation familiale qui pour certains imaginent qu'elle peut parfois être source de fragilités, de mauvaise influence, de sources d'angoisses vis à vis de situations trop difficiles à comprendre surtout pour nos propres enfants, je m'aperçois de jours en jours qu'elle est en fait une richesse inconditionnelle, elle reflète la vie et ses aléas, du moment qu'il y a une base de sécurité, un cadre et des explications bienveillantes, l'enfant apprend à en faire une force petit à petit même si comparé à d'autres enfants du même âge il sera plus sensibles à certaines choses de la vie et moins protégé dans une bulle... tout compte fait on est en plein dans les exigences de l'Education Nationale du socle commun:

    -  ouvrir à la connaissance, former le jugement et l'esprit critique...

    -  favoriser un développement de la personne en interaction avec le monde qui l'entoure

    - respecte les opinions et la liberté d'autrui, identifier et rejeter toute forme d'intimidation ou d'emprise

    - apprendre à mettre à distance préjugés et stéréotypes, l'enfant est capable d'apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d'empathie et de bienveillance.

    Tout un programme qui doit être réalisé aux 16 ans de Loulou selon l'Education Nationale... il nous reste donc 10 ans pour apprendre à gérer le stress et à méditer......

    Voilà un partage de notre quotidien qui tout compte fait rentre aussi dans les exigences scolaires... Notre instruction en famille, une école de la vie tout simplement.....

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires